CAC40: lourdeur des bancaires et tension des taux avant FED.

le
0

(CercleFinance.com) - Le CAC40 a connu un second passage à vide vers 15H30 (après 13H10), repassant de -0,3% à -0,6% (l'indice affiche 4.970, proche de son plancher des 4.960, soit -0,8%).

Peu de lien avec la publication des prix à la production aux Etats Unis publiés à 13H30: ils augmentent de +0,3% en février après +0,6% en janvier, au lieu de +0,1% anticipé.

Les indices n'ont guère réagi sur le coup, ayant nettement baissé au cours des minutes précédentes: l'Euro-Soxx50 était déjà retombé sous les 3.400Pts et il continue de s'enfoncer de plus de 0,5%, à 3.396.

A Wall Street, les indices US amplifient leurs pertes, initialement en baisse de -0,2% (comme le Dow Jones), le S&P500 et le Nasdaq reculent de -0,4 et -0,5%.

et le scénario ressemble beaucoup à celui de la veille, avec une légère baisse initiale puis un stabilisation qui pourrait perdurer jusqu'en clôture.

Sur le front politique, 'les élections législatives néerlandaises marquent le coup d'envoi d'une séquence politique à haut risque pour les marchés', souligne-t-on chez Edmond de Rothschild AM, à qui il n'a pas échappé que 'Geert Wilders, candidat anti-islam et europhobe du Parti de la Liberté (PVV), et Mark Rutte, Premier ministre centriste démocrate, sont au coude à coude'.

Sur le marché des changes, l'euro s'effrite de 0,25% face au dollar à 1,063, tandis que le baril chute de -2% sur le NYMEX, à 47,5$, enfonçant un plancher important.

Ce sont au contraire des plafonds qui sont crevés par les dettes souveraines européennes, avec un Bund à 0,5%, des OAT à 1,12% et des BTP italiens à 2,41%, au plus haut depuis l'été 2014.

Enfin, du côté des valeurs, le secteur financier plombe le CAC40, la lanterne rouge demeure BNP-Paribas qui cède 2,2% devant AXA, Crédit Agricole et Sté Générale (-1,6% en moyenne).

Engie qui lâche pour sa part 1,8%: selon Bloomberg, l'énergéticien français lorgnerait l'allemand Innogy, filiale centrée sur les énergies renouvelables dont RWE détient 77% du capital.

Les pétrolières sont également à la peine avec Total à -1,6% et CGG (-6%, nouveau plancher historique).

Rubis abandonne 1% en dépit de l'annonce d'une progression de 22% du bénéfice net part du groupe en 2016 à 208 millions d'euros.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant