CAC40: les marchés tiennent le 'stay' pour acquis depuis 11H

le
0

(CercleFinance.com) - Les acheteurs ont tenu à transformer l'essai: après une phase de flottement en milieu d'après-midi (une atmosphère de 'fait accompli' avait pris le dessus), le salut est venu de Wall Street qui a pratiquement doublé ses gains et permis au CAC40 de repasser de 4.415Pts vers 4.466, dans un volume de 3,6MdsE qui demeure faible en regard de la volatilité intraday.

En clôturant presque au plus haut du jour, le CAC40 engrange +6,5% depuis lundi (+8,5% depuis jeudi dernier) et c'est d'ores et déjà la plus forte hausse hebdomadaire depuis fin novembre 2011... Paris rebondissait alors après une chute de -30%, avec des PER au tapis.

Les indices US grimpent de +1% ce soir, le 'S&P' refranchit en force les 2.100 (à 2.106) et revient à 1% de ses records absolus : l'appétit pour le risque revient en force après que les derniers sondages du jour eurent formellement écarté le risque de 'Brexit'.

En Europe, de nombreux indices gagnent 2% (Francfort, Bruxelles, Madrid) et Milan explose de près de +4%.

A Londres où la 'City' devrait pavoiser, le FT100 ne gagne que 1,25%.

Les jeux étaient fait dès 11H alors que le 'Bremain' était donné gagnant par Ipsos à 52/48 avant que l'institut 'Populus' ne crédite le 'stay' d'une victoire écrasante et sans appel de 55 contre 45 (jamais un tel écart n'a été démenti lors d'un dépouillement outre-Manche).

L'euphorie liée au 'Brexit' a éclipsé des chiffres 'macro' mitigés : l'indice PMI flash composite de Markit dans la zone euro se replie de 53,1 en mai à 52,8 en juin, son plus bas niveau depuis janvier 2015...

Surtout, l'activité du secteur privé français recule pour la première fois depuis quatre mois en juin, d'après l'indice flash composite qui passe de 50,9 à 49,4 (sous le seuil technique expansion/récession des 50).

Le PMI Composite allemand ressort à 54,1 contre 54,2 (plombé par les services) malgré l'accélération du secteur manufacturier à 54,2 contre 52.

'Les entreprises interrogées mentionnent en effet leurs difficultés face à un environnement peu favorable à la demande, malgré l'embellie provisoire liée au déroulement de l'Euro 2016 dans l'Hexagone', explique Jack Kennedy, senior economist à Markit.

Aux Etats Unis, les chiffres du jour soutiennent la tendance positive: une spectaculaire embellie se dessine sur le marché du travail américain avec -28.000 inscriptions hebdomadaires au chômage et un total inférieur à 259.000 et le PMI 'Markit' manufacturier se redresse de 50,7 vers 51,4.

Un bémol cependant avec la chute inattendu de -6% des ventes de logements neufs en juin aux Etats Unis.

Coté valeurs françaises, les banques écrasent le classement (Sté Générale s'envole de +5,15%, devant Crédit Agricole avec +4,1%): parmi les 'non financière', Peugeot s'envole de +4,75% puis Renault de +4,3%.

Orange grimpe également (+3,75%): l'opérateur télécoms a réalisé l'acquisition d'Airtel au Burkina Faso et que son PDG Stéphane Richard a accordé un long entretien à LaTribune.

Au sein du CAC40, Veolia Environnement fait cavalier seul à la baisse avec -1,9% alors que l'Etat du Michigan lance des poursuites judiciaires pour 'fraude' et 'négligence' dans le scandale de la contamination au plomb de l'eau de la ville de Flint

SoLocal Group lâche 7,7% après un point sur le dossier sur la restructuration de sa dette, d'où il ressort que le groupe de services de renseignement ne respectera probablement pas ses covenants bancaires à fin juin 2016 ni à fin septembre 2016.

Rothschild & Co grimpe de 2% au lendemain de la publication de ses comptes annuels, marqués par une progression substantielle du bénéfice net part du groupe.

Gfi Informatique se stabilise alors que Mannai Corporation a finalisé sa prise de participation majoritaire dans le groupe avec l'acquisition d'environ 10,4% du capital.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant