CAC40: la BoE euphorise Londres, taux UK -100Pts en 3 mois.

le
0

(CercleFinance.com) - A part la bourse de Londres (+1,65%, le FT-100 revient à 1% de son plus haut absolu), pas de véritable vent d'euphorie pour saluer les mesures de soutien monétaire annoncées ce midi par la Bank of England (réduction du taux directeur de 25 points de base à 0,25%, un plus bas historique, extension du 'QE' de +10Mds£ par mois).

Wall Street notamment n'en tire aucun avantage avec des indices US qui semblent partis pour reperdre ce qu'ils avaient gagné la veille (le Dow Jones et le 'S&P' sont au mieux stables ou en léger repli).

New York se montre peut-être plus sensibles à la chute de -1,5% des commandes à l'industrie américaine (après -1,2% en juin), confirmant une tendance négative qui perdure depuis 15 mois.

Le CAC40 qui affichait un rebond de +0,7 à +0,8% en début d'après-midi après 3 séances consécutives de baisse, affiche des gains voisins de +0,4% (vers 4.338Pts).

Pour en revenir au 'fait du jour' (la réunion de la BoE), Mark Carney a confirmé l'extension du programme de rachats d'actifs pour le porter temporairement de 375 milliards de livres à 435 milliards (sur une période de 6 mois, donc +10Mds£ par mois), une décision votée par une majorité de 6 voix contre 3 des membres de la BoE.

Ces mesures constituent évidemment une réponse au risque pesant sur la croissance (elle est révisée de +2,3% à +0,8% en 2017) après le vote en faveur d'une sortie de l'Union européenne (UE), décision aux conséquences économiques encore difficiles à déterminer à ce stade, un peu plus d'un mois après le scrutin.

La Livre Sterling décroche de -1,25% contre le Dollar... et le plus specraculaire, c'est l'effondrement de -15Pts de base du rendement des 'Gilts' (bons du Trésor britanniques) vers un nouveau plancher historique absolu de 0,65% (et même 0,64%) soit une division par 2 en 6 semaines, la chute atteignant -100Pts depuis fin avril.

Au chapitre des indicateurs US, les chiffres hebdomadaires du chômage outre-Atlantique font ressortir une hausse de +3.000 nouveaux inscrits (à 269.000), une 'stat' plutôt neutre à la veille de la parution des chiffres de l'emploi américain et du taux de chômage pour juillet.

Sur le front microéconomique, Bic avance de 4,3% et domine le SBF 120 malgré l'annonce d'un recul de 20,6% en données publiées du bénéfice net part du groupe à fin juin.

Le groupe prévoit en revanche une hausse d'environ 5% de son chiffre d'affaires annuel à base comparable. Hors fortes perturbations économiques ou fluctuations des devises, la marge d'exploitation normalisée devrait, elle, décroître entre 100 et 150 points de base.

Vicat prend pour sa part 3,4% à la faveur de comptes semestriels marqués par une forte progression de la rentabilité du cimentier, en sus de prévisions encourageantes.

Les financières profitent de l'effet d'annonce de la baisse des taux britanniques avec Société Générale (+1,6%), Crédit Agricole (+2,3%), AXA et BNP Paribas (+1,2% et +1%).

Douche froide en revanche pour Nokia (-1,5%), bon dernier du CAC 40 dans le sillage de l'annonce d'une division par 2 du bénéfice net non-IFRS de l'équipementier télécoms.

Sanofi pèse également sur le CAC40 avec un repli de -1%.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant