CAC40: la BCE ne dévoile rien de nouveau et déçoit un peu.

le
0

(CercleFinance.com) - Le CAC40 recule de -0,8% vers 4.345, creusant un peu les pertes qui ont commencé à se matérialiser vers 11H ce matin... que la patron de la BoJ (H.Kuroda) a écarté la mise en place de 'l'helicopter money' au Japon.

Le repli initial des places européennes (-0,4%) ne connait pas de variations significatives depuis le communiqué de la BCE (commenté en ce moment même face à la presse).

La BCE confirme ce que les marchés anticipaient: taux directeurs inchangés, 'QE' mensuel maintenu à 80MdsE... mais les rachats d'actifs pourraient être prolongés au-delà de mars 2017 'jusqu'à ce que l'inflation s'ajuste'.

Croissance revue de +1,4 à +1,6% en 2016, la hausse du PIB sera légèrement moins forte au 2ème trimestre qu'au 1er. Le pétrole bon marché contribue à soutenir la consommation (la hausse des prix devrait rester faible au moins jusqu'en 2017 et s'accélérer en 2018).

Le 'Brexit' continue d'apporter une touche d'incertitude sur la croissance, ainsi le manque de reprise dans les pays émergents.

Il est cependant trop tôt pour évaluer les conséquences de l'éloignement du Royaume Uni... mais la situation des banques européennes est très favorable et le prochain stress test de fin juillet (sur 57 établissements systémiques) devrait en apporter la démonstration.

Sur le marché des changes, l'euro se redresse un peu face au dollar à 1,1050 (contre 1,1010$), tandis que le baril de Brent cède un peu moins de 0,5% juste en dessous des 47 dollars.

Au chapitre macroéconomique, les opérateurs ont pris connaissance des chiffres hebdomadaires du chômage (-1.000 à 253.000) puis de l'indice de la Fed de Philadelphie au titre du mois en cours : il repasse en territoire négatif de +4,7 à -2,9.

Reste à découvrir les chiffres des ventes de logements anciens et de l'indicateur avancé du Conference Board en juin.

Du côté des sociétés cotées à Wall Street, eBay, Qualcomm ou encore American Express ont toutes dépassé les attentes au titre de leurs résultats trimestriels. La saison est jusqu'ici encourageante outre-Atlantique... mais c'est dû à une sous estimation systématique, voir abusive, des trimestriels afin de ménager un 'effet de ravissement'.

Concernant les valeurs françaises, Publicis (+3,5%) domine très nettement l'indice phare dans la foulée de l'annonce d'une hausse de 5% de son bénéfice net part du groupe et d'une croissance organique de 3% au titre du premier semestre de son exercice (CA à 380MnsE).

En queue de peloton, on retrouve Airbus avec -2,5% puis Orange et Total à -1,75%.

Korian (+7,8%) est pour sa part en tête du SBF 120 après avoir fait état d'une progression de 16% de son chiffre d'affaires au premier semestre (+4% en données organiques) à 1,47 milliard d'euros et reconduit son objectif de 3 milliards de revenus sur l'année en cours.

Dassault Systèmes (-3,1%) est en revanche à la peine après ses comptes semestriels et malgré l'annonce d'une prévision de croissance du chiffre d'affaires non-IFRS entre 6 et 7% à taux de change constants à fin 2016.

Enfin, Air France-KLM (-4,6%) est dans le dur après l'avertissement sur résultats de Lufthansa et l'incapacité d'easyJet de fournir des prévisions pour le dernier trimestre de son exercice, sans parler d'un préavis de grève pour fin juillet, début août.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant