CAC40: hausse timide, sans volume, J.Yellen rassure W-Street

le
0

(CercleFinance.com) - (CercleFinance.com) -Les acheteurs ont imprimé leur marque au cours du 'fixing', propulsant le CAC40 de +0,65% vers +0,85%, mais dans des volumes anémiques puisqu'il ne s'était échangé que 2MdsE à 17H30 avant que des 'applis' cache-misère ne viennent porter le total à 2,7MdsE, ce qui ne parvient pas à camoufler le manque d'activité très singulier que l'on observe depuis le 11 mars dernier.

Le score final de +0,85% est plutôt 'bien payé' à Paris car la hausse médiane ne dépassait pas +0,4% avant la publication à 16H d'un indice de confiance des consommateurs du Conference Board qui bondit vers 96,2 contre 94,4 attendu (même score qu'en février).

L'indice du prix des logements (Case/Schiller) était ressorti en hausse de +0,7% avant l'ouverture de Wall Street.

Les indices US viennent d'effacer leurs pertes et de repasser positif suite au discours très 'dovish' que vient de prononcer Janet Yellen.

La seule 'nouveauté' tient dans l'affirmation que l'arme des taux négatifs n'est plus sur la table. Le 'S&P' prend 0,35%, le Dow Jones +0,33% (contre -0,4% vers 15H45) et le Nasdaq, tiré par les +1,8% d'Apple parvient à afficher une progression de +0,8%.

Après une semaine d'effritement (-0,5% du 21 au 24 mars), Wall Street se reprend un peu mais connaît depuis une semaine sa période de volatilité des cours la plus faible observée depuis début août 2015.

En Europe, la semaine avait bien commencé avec une hausse d'ensemble voisine de +1% mais cet avantage était totalement annulé dès 11H avec une incursion dans le rouge: le pétrole servait de 'driver' et la rechute du baril de 'WTI' vers 38,55$ plombait l'ambiance.

Au final, le DAX grappille +0,32%, le FTSE de Londres finit stable, ainsi que Milan.

A noter la nette contreperformance de la bourse de Lisbonne qui décroche de -1,5%, et d'Oslo qui chute de -2,9%.

'Après la chute de jeudi, qui a été entrainée par le renforcement du dollar et la chute des matières premières, le rebond de ce jour apparait comme un pari opportuniste d'investisseurs désireux d'acheter les creux', estime Tony Cross, chez Trustnet Direct.

L'analyste de marché juge toutefois ce rebond fragile, au vu de la forme tumultueuse des marchés, et pointe un discours que doit tenir Janet Yellen plus tard dans la journée (après la clôture .

'Des propos récents de responsables de la Fed ont accru les spéculations autour d'une possible hausse de taux en avril, mais nous ne nous attendons pas trop à ce que sa présidente s'éloigne de sa rhétorique attentiste récente', pronostique-t-il.

Le reste de la semaine s'annonce chargé sur le front des statistiques avec

comme point d'orgue la publication vendredi du rapport sur l'emploi américain pour lequel les économistes anticipent autour de 200.000 créations de postes non agricoles en mars (il faudra suivre demain l'enquête ADP sur l'emploi dans le secteur privé).

'En Europe, l'actualité économique sera essentiellement marquée par la publication de l'estimation 'flash' des prix à la consommation dans la zone euro, par Eurostat, ce jeudi, et les PMI Markit définitifs, ce vendredi', ajoute-t-on chez Aurel BGC.

Dans l'actualité des valeurs, Veolia s'impose en tête du CAC avec +2,8% avec une recommandation relevée à 'surperformance' chez RBC Capital.

LVMH n'est pas très loin avec +2,45%.

EDF qui grimpait de 2% (et renouait avec les 10E) finit incgangé alors que selon le JDD, neuf des 17 administrateurs de l'électricien auraient des doutes sur les modalités du projet Hinkley Point, ce qui pourrait décaler le projet de deux ou trois ans.

Korian recule de 6,7% sous le poids d'une dégradation de recommandation chez Bryan Garnier de 'achat' à 'neutre' sur le titre du groupe de prise en charge de la dépendance.

Non loin derrière, Vallourec chute de -4,3%, Technip et Maurel & Prom de -3,5% (les valeurs pétrolières sont à la peine ce mardi avec un baril sous les 38$ sur le NYMEX, soit -3,6%).

Faurecia perd 0,65% après que deux actions de groupe aient été introduites contre l'équipementier automobile aux Etats-Unis pour des allégations de pratiques anticoncurrentielles.

Recylex dévisse de -7,8% alors que le groupe fait état d'un besoin urgent de financement, malgré un sursis d'un mois auprès d'un de ses créanciers.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant