CAC40: grandes manoeuvres à la veille séance des 4 sorcières

le
0

(CercleFinance.com) - Il est assez singulier de voir le CAC40 en terminer sur un repli de -0,45% à 4.443 après avoir affiché plus de 2% de repli en milieu de matinée, et encore -0,9% à 10 minutes de la clôture.

Le volume d'échange est repassé de 2,5MdsE (en réel) à 3,8MdsE (soit +50%) d'une séance sur l'autre, et l'une des leçons de cette journée, c'est que le lien mécanique avec le pétrole est rompu.

Le scénario du jour a également de quoi surprendre alors qu'il illustre un phénomène de vase communicants avec des flux quittant le vieux continent pour s'investir à Wall Street.

Le plongeon initial des places européennes (elles ont chuté de -2% ce matin ) débouche sur une séance bien verte à Wall Street qui caracole à la hausse avec des écarts supérieurs à 0,5% sur le 'S&P' et même +0,75% sur le Dow Jones (17.460) qui vient de refermer -heureux hasard du calendrier- le 'gap' des 17.421 du 31 décembre 2015 à la veille de la séance des '4 sorcières' qui conclut le 1er trimestre boursier.

Les 'sherpas' se sont donc procuré des liquidités en Europe (empochant au passage les 2% de hausse de l'Euro en 24H) pour soutenir les cours des actions américaines, au moment le plus opportun.

Le CAC40 a bénéficié sur le tard (10 dernières minutes) de la 'contagion positive' de Wall Street pour réduire ses pertes en deçà des -0,5%, le DAX (-0,9%) remontant de 9.750 à 9.892Pts dans l'après-midi.

L'Euro-Stoxx50 qui s'était enfoncé sous les 3.000Pts (2.993 ce matin) a remonté la pente à 3.042Pts (-0,62%).

La Réserve fédérale américaine a surpris hier soir en modifiant ses projections de hausses des taux pour les aligner avec les prévisions du marché.

'La Fed table désormais sur seulement deux hausses de taux en 2016, contre quatre hausses de taux anticipées en décembre dernier', notent les équipes de Barclays Bourse.

D'après elles, la bienveillance de la Fed signifie que le CAC est désormais en mesure de viser son 'gap' de résistance à 4637 points.

Mais c'est sans compter avec la remontée de l'Euro vers 1,131$ contre 1,108 avant le communiqué de la FED: la rechute du Dollar n'est pas une bonne nouvelle pour l'Eurozone, à plus forte raison si les indices cessent d'accompagner le pétrole lorsqu'il se redresse vigoureusement (il grimpe de +4% et refranchit les 40$ sur le NYMEX) ou les matières premières en général (à Paris, Arcelor-Mittal s'envole de +10% vers 4,02E).

La communication de la FED -qui minore les prévisions de croissance en 2016 et 2017- se retrouve de surcroît en porte à faux avec les derniers chiffres US qui semblent plutôt robustes.

Cela se confirme avec le spectaculaire rebond de l'indice manufacturier de la Fed de Philadelphie -ou 'Philly FED'- de -2,8 vers 12,4 en mars alors que le consensus tournait autour de -1,5 à -2.

Le repli du CAC40 a été accentué par le recul des valeurs bancaires (-2,3% sur BNP-Paribas, -1,9% sur Sté Générale) mais il était freiné assez logiquement par Technip (+4%) et Total (+2,35%).

Airbus (-2,1%), qui facture ses appareils en dollar, pâtit de la baisse du billet vert tandis qu'Air France-KLM (-1,15%) souffrait de la vigueur du baril qui engendre un impact kérosène négatif.

Adocia gagne 2,05% dans le sillage de résultats annuels 2015 bien accueillis.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant