CAC40: et de 10 (records) à W-Street ! Mais E-Stoxx en panne

le
0

(CercleFinance.com) - La camisole algorithmique ne se desserre pas d'une demi cran: les sangles demeures tendues au maximum à la Bourse de Paris qui n'aura pas varié de plus de 0,3% entre les extrêmes du jour et passé 95% du temps à osciller entre 4.900 et 4.910.

L'inscription d'un 10ème record absolu consécutif par le Dow Jones (à 20.824) et d'un 9ème sur le S&P500 2.368 ne suffit pas au CAC40 ou à l'Euro-Stoxx50 de s'affranchir de leurs résistances annuelles ou historique (l'E-Stoxx50 cale sous les 3.342, ex-zénith du 26 janvier).

Sur le CAC40, les +0,1% affichés à 4.901 n'existeraient pas sans les +4,5% engrangés par Bouygues ou les +3,5% d'Airbus.

'Le risque politique reste vraisemblablement le principal frein à l'appréciation du CAC 40', tempèrent les équipes de Saxo Banque, alors que 'les indices boursiers américains sont restés insensibles au discours plus volontaire des banquiers centraux américains' lors des 'minutes' de la Fed, ont observé celles d'Aurel BGC.

Concernant les indicateurs du jour, les chiffres hebdomadaires du chômage américains ressortent en hausse à +6.000, à 244.000 (après +5.000 la semaine précédente).

L'Allemagne a enregistré une hausse de 0,4% de son PIB au quatrième trimestre, sans que l'on puisse noter la moindre réaction des marchés.

Sur le FOREX, l'euro se raffermit un peu (+0,2%) face au dollar à 1,0580, alors que le baril de WTI grimpe de près de 1,3% à New York, à 54,6$.

L'actualité est, on l'a évoqué, très dense sur le front des valeurs, avec pléthore de poids lourds qui ont publié leurs résultats hier soir et ce matin. Parmi eux, Bouygues reste l'incontestable leader de l'indice phare à la faveur d'une forte hausse de la rentabilité en 2016 et de prévisions ambitieuses.

A l'autre bout du palmarès, Veolia dévisse de -6% sur fond de perspectives prudentes.

Par-delà une hausse de 5,1% de son bénéfice net courant l'an dernier, le groupe anticipe une année 2017 de transition, avec un redémarrage de la croissance du chiffre d'affaires, une stabilité ou croissance modérée de l'Ebitda en 2017 et 2018 (prévision en deçà des attentes) et un effort accru de réductions de coûts portées à plus de 250 millions d'euros.

Toujours sur le CAC 40, le titre Orange avance d'un peu plus de 1%. L'opérateur historique a fait état avant séance d'un progression de son bénéfice net et de son Ebitda ajusté, lequel est par ailleurs attendu une nouvelle fois en hausse en 2017.

Peugeot (-0,8%) pâtit pour sa part de prises de bénéfices alors que le redressement de ses comptes s'est révélé plus rapide que prévu en 2016. Le constructeur automobile, qui va de nouveau verser un dividende, a en outre réajusté à la hausse certaines de ses prévisions.

Enfin, sur le SBF 120, on notera le décrochage de Technicolor, dont le titre chute de 8% après l'annonce d'une perte nette de 26 millions d'euros et surtout d'un nouvel avertissement sur résultats.

Vallourec (-9% sous 5,8E) décroche en raison d'un recul de 22% des revenus annuels et d'un creusement de la perte brute d'exploitation, tandis que la perte nette part du groupe a été ramenée à 758 millions d'euros, contre 865 millions en 2015.

IPSOS chute de -9,5% avec un RNPG en baisse de 3,9% à 121,7 en raison d'un impact fiscal moins favorable.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant