CAC40: des double-tops parfait en série, forte tension taux.

le
0

(CercleFinance.com) - Quel scénario 'au cordeau' ! Le CAC40 s'est hissé ce matin jusque vers 4.607Pts (son zénith du 21 avril, re-testé à 0,001% près) avant de retomber de -100Pts jusque sur 4.503, avant de terminer dans le rouge (-0,28% à 4.531).

Le tout dans un volume massif de 5,5MdsE qui s'explique par une grosse rotation sectorielle dans les portefeuilles, en faveur des valeurs cycliques et des financières, au détriment de secteur auto et des exportatrices.

Même constat pour l'Euro-Stoxx50 qui a fusé en direction de la triple résistance des 3.100/3.105Pts (30 mai, 8 septembre, 4 octobre), gagnant jusqu'à +1,3% avant de rechuter vers 3.030Pts (-0,8%) pour en terminer vers 3.049 (-0,3% environ).

La Bourse de Paris affichait ce matin +4% depuis le début de la semaine, le gain est ramené ce soir à +2,7%.

'L'objectif à court terme se situe au niveau de la résistance des 4600 points, avec un nouveau gap ouvert ce matin à 4577 points', expliquent les analystes techniques de Barclays Bourse.

'Si le CAC dépasse la résistance des 4600 points, c'est alors le gap des 4670 points qui deviendrait la nouvelle cible à court terme', affirment-ils.

Quoi qu'il advienne à Wall Street d'ici 22H, cette journée du 10 novembre restera de toutes façons marquée par le nouveau record historique absolu du Dow Jones à 18.769, soit 100Pts de plus que 15 août dernier (18.666Pts).

Mais le Dow Jones (+0,7% à 17H30) fit étrangement cavalier seul à la hausse puisque le Nasdaq décroche de -1,3% (ce qui efface les gains de la veille) et le 'S&P' reperd -0,3%.

Un écart de performance de 2% entre le 'Dow' et le Nasdaq, c'est également historique: l'ère Trump commence par une séquence 'portes de saloon' sur les 'technos' et les 'valeurs de croissance'

Les valeurs bancaires s'envolent, et c'est à Goldman Sachs ou JP-Morgan (+4%) que l'on doit ce nouveau record très 'psychologique' du Dow Jones.

A en croire l'euphorie apparente des marchés, la malédiction de l'élection de Donald Trump se révélerait au contraire riche d'opportunités !

Les 'marchés' seraient passés en quelques heures de la consternation absolue à une confiance radieuse dans un avenir de croissance et de prospérité... avec en bonus, le retour de l'inflation dont la FED va s'occuper tout prochainement, en toute sérénité (un conseiller de D.Trump a déclaré que 'le sort de Janet Yellen n'est pas une priorité').

Outre le record du 'Dow', cette journée a vu les taux longs déraper sérieusement à la hausse, avec +10Pts sur les Bunds et OAT (les plus hauts de juin sont pulvérisés), et les T-Bonds ont franchi le cap des 2,1% (+50Pts en quelques semaines, depuis fin septembre, +80Pts depuis début juillet, soit l'équivalent de 3 hausses des taux).

En ce qui concerne l'emploi aux USA, les inscriptions hebdomadaires au chômage ont chuté de -11.000 vers un plancher de 254.000.

Ailleurs en Europe, Londres est repassé de +1% à -1,2% et Francfort de +1% à -0,15%, Madrid décroche de -1,7% tandis que Milan finit étal.

Avec les programmes de grands travaux d'infrastructure et de rénovation voulus par Donald Trump, les investisseurs privilégient les valeurs cycliques et celles liées à la construction, les plus à mêmes selon eux de profiter du vaste plan d'infrastructures que doit lancer le nouveau président américain.

Les valeurs bancaires et de l'assurance (+2,5% en moyenne mais AXA gagne +4,3%) profitent quant à elles de la perspective d'une remontée des taux d'intérêt (génératrice de meilleures marges sur l'activité de prêts) sur fond d'accélération de la croissance et de l'inflation due aux 'Trumpnomics'.

Au-delà du surgissement d'un optimisme insoupçonné sur le futur de l'économie US, le marché est soutenu par toute une série de résultats meilleurs qu'attendu.

Vivendi bondit de 9% (et +10% au plus haut du jour) après avoir fait état d'excellents résultats trimestriels portés notamment par le 'streaming'.

Europcar grimpe de 6% après des résultats de 3ème trimestre supérieurs aux attentes dus notamment à une bonne tenue des prix.

D'autres publications comme celles d'Arkema (1,2%), Legrand (+4,5%) sont également bien accueillis.

Vallourec (+4,3%) profite pour sa part de l'orientation favorable du secteur américain de l'énergie, grand classique après l'élection d'un candidat républicain à la Maison Blanche.

Du côté des baisses, Rubis chute de 7,6% après avoir dégagé un chiffre d'affaires de 741 millions d'euros au titre du troisième trimestre de son exercice, soit un recul de 9% en rythme annuel.

Engie cède de son côté près de 7,7% après avoir révisé son objectif de résultat net courant 2016 en bas de sa fourchette de prévision, qui était comprise entre 2,4 et 2,7 milliards d'euros.

Carrefour (-4,65%) et Renault (-3,6%) chutent après s'être fait taper sur les doigts par Bercy dans deux dossiers différents (marges arrières pour carrefour, enquête sur le niveau réel de pollution des moteurs diesel pour Renault).


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant