CAC40: début de capitulation avec cassure du plancher 2016?

le
1

(CercleFinance.com) - Cette séance va causer de terribles dégâts, financiers et psychologique : personne n'a vu venir le 'sell-off' qui plonge les opérateurs dans la consternation.

Le CAC40 dévisse de -3,5% à 4.050) et s'enfonce nettement sous l'ex plancher des 4.085Pts de la fin janvier: l'indice phare accuse désormais un repli de plus de 12,5% depuis le début de l'année.

Ce mois de février ressemble de plus en plus au mois de janvier avec un retour express du CAC40 et des indices européens au contact des planchers testés autour du 20 janvier dernier.

Au-delà des -4,5% de Madrid et de Milan, les -7,9% de la bourse d'Athènes démontrent que le pétrole et les questionnements sur la croissance mondiale ne sont pas les seuls catalyseurs d'une baisse qui semble devenue 'multicanal'.

Le dossier grec pourrait de nouveau semer le trouble avec une inexorable dégradation des fondamentaux tandis que le pays -privé du minimum de moyens financiers- est submergé de réfugiés (plusieurs milliers par jour).

A 48H d'une audition de Janet Yellen devant la Chambre des représentants, 'les chiffres mensuels de l'emploi américain, publiés vendredi, entretiennent la confusion sur la poursuite de la remontée des taux aux Etats-Unis', expliquait ce matin un gérant de Barclays Bourse, mettant toutefois en avant la hausse significative du salaire horaire.

Il y voit en effet 'de quoi relancer les spéculations sur une poursuite de la remontée des taux directeurs dès la prochaine réunion de la Fed les 15 et 16 mars, alors que nombre d'investisseurs tablent sur un statu quo en raison des résultats d'entreprises mitigés'.

A Wall Street, les principaux indices US abandonnent entre -2,2 et -2,75% (Nasdaq) et le 'S&P500' enfonce clairement le support des 1.850Pts, dans le sillage des banques (Morgan Stanley, Goldman Sachs ou Bank of America chutent de -5% à -5,5%).

En l'absence de données macroéconomiques notables, l'attention des intervenants se porte également sur l'actualité des valeurs.

Parmi elles, Casino (+2,15%) tente de conserever quelques gains après la cession de Big C en Asie, une opération qui s'est faite d'après les analystes à un 'bon prix' (3,1 milliards d'euros) et qui constitue selon le groupe un 'pas dans la bonne direction'.

Safran (-6,6%) et Airbus Group (-6%) sont en revanche à la peine, comme l'ensemble des valeurs exportatrices alors que les investisseurs attendent avec nervosité les résultats annuels des deux groupes, qui seront dévoilés à la fin du mois.

Les valeurs bancaires continuent de subir de lourds dégagements, comme contaminées par les banques grecques et italiennes: BNP-Paribas affiche -5,75%, Sté Générale -6,5%, Crédit Agricole -5,15%.

Cap Gemini ferme la marche avec -7,15%.

Enfin, les 'biotechs' sont lourdement pénalisées à l'image de DBV Technologies, Innate Phrama, Genfit (-8,3% en moyenne) alors que le mois de février a débuté de façon calamiteuse pour les 'biotechs' américaines.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M6162927 il y a 10 mois

    oauis c'est ca mon gars tu as bien nboss emaintenant tu achete le pain ou c'est oi