CAC40: beaucoup de voyants passent au rouge, $ sous 1,155E.

le
0

(CercleFinance.com) - La fin de séance s'est soldée par une dernière petite vague de dégagements qui a plombé le CAC40 de -0,15% supplémentaires, ce qui portait son repli à -1,6% au final, à 4.372Pts.

Paris s'en tire mieux que la moyenne des places européennes (l'Euro-Stoxx50 chute de -1,93%) alors que le DAX chute de -2%, Milan de -2,5%, Madrid de -2,85% (nouvelle élections législatives annoncées pour le weekend du 25 juin).

La baisse de Wall Street (-1,1%) rajoute de la lourdeur à un climat boursier, déjà largement plombé depuis ce matin par la remontée de l'Euro face au Dollar (jusque vers 1,1615 ce matin, 1,1560 ce soir).

L'essentiel du malaise provient du franchissement de la résistance majeure des 1,1550 par l'Euro qui prend totalement à contrepied le scénario d'un retour à parité avec le billet vert, sensé relancer la croissance sur le Vieux Continent.

De gros paris ont été pris depuis des mois sur l'appréciation du Dollar et la chute du yen (qui affiche désormais moins de 106 face au $): ces paris -qui recueillaient un large consensus- sont largement perdants et les positions en 'carry-trade' doivent être liquidées dans des conditions de plus en plus défavorables.

L'autre vecteur de morosité, ce sont des résultats d'entreprises mi-figue, mi-raisin... et l'on peut également mentionner un indicateur chinois (indice Caixin des directeurs d'achats) décevant.

'Dans le courant de la nuit, le PMI manufacturier dévoilé par Caixin/HSBC s'est maintenu sous le cap symbolique des 50, à 49,4, contre une attente de 49,9', ont relaté ce matin les équipes de XTB France, observant par ailleurs que 'le secteur industriel chinois est donc à nouveau en recul, pour le quatorzième mois consécutif, relançant les habituelles craintes d'atterrissage économique brutal pour le pays'.

Très contrastés voire franchement décevants, les résultats trimestriels de plusieurs poids lourds européens comme Lufthansa, BMW, Commerzbank et UBS ne favorisent pas non plus l'optimisme, tandis que l'euro continue de progresser face au dollar (+0,3% à 1,1565).

Autre facteur de baisse: le baril de brut léger américain (WTI) cède 2,7% et repasse sous le seuil des 45 dollars à 43,6$.

Principal indicateur macroéconomique de ce jour, les prix à la production industrielle ont augmenté de 0,3% dans la zone euro et de 0,4% dans l'UE en mars, après -0,7% en janvier et -0,6% le mois suivant.

Concernant les valeurs, Sopra Steria bondit de +12,5% et caracole en tête du SBF 120 après avoir fait état d'un chiffre d'affaires trimestriel au-dessus des attentes (913,2 millions d'euros contre un consensus de 898 millions), notamment à la faveur d'une bonne performance organique en France.

BNP Paribas repasse négatif de -1% (contre +3,5% à l'ouverture) après un bon premier trimestre (1,814MdsE de résultat), la maîtrise des coûts de la banque ayant permis de compenser la baisse de ses revenus.

Ses concurrentes Sté Générale et Crédit Agricole chutent de -3,8 et -4,3%.

LafargeHolcim lâche 6,2%, soit la plus forte baisse de l'indice phare et du SBF 120 (EDF lâche -6%), alors que les analystes de Bernstein manifestent des inquiétudes concernant les performances des filiales du cimentier franco-suisse en Inde, son principal marché.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant