CAC40: allègrement tiré à la hausse... par anticipation ?

le
0

(CercleFinance.com) - Les 'sherpas' voulaient une 'clôture au plus haut du jour' et ils l'ont obtenue, sans aucune difficulté, en l'absence de toute opposition, dans des volumes dignes d'un 15 août.

Le CAC40 a pris +0,15% à l'issue du 'fixing' pour une clôture en hausse de +1,67% à 4.354. Alors que l'indice testait la veille ses planchers du mois de mai (4.270), 24H plus tard, il teste ses sommets (4.353,9 au plus haut) et gagne +0,78% sur la semaine écoulée.

Il était impossible de relier cette accélération finale à une poussée haussière qui serait survenue simultanément à Wall Street, ni à une hausse du pétrole (qui consolide sous les 48$).

Il s'agit plus vraisemblablement d'un bon 'arrachage des cours' à la hausse, typique d'une séance des '3 sorcières'.

C'est du 'classique' mais cela faisait longtemps que ce scénario ne s'était pas matérialisé.

Chez nos voisins, pas de 'bonus' de fin de séance comme à Paris, Francfort gagne +1,25%, Londres +1,7%, Milan +1,5% et Madrid +1,1%... et l'Euro-Stoxx50 prend +1,47% à 2.962.

Si le CAC40 avait chuté de -1,5% (et Wall Street symétriquement de -0,7%), tout le monde aurait trouvé d'excellente raisons pour justifier la prudence du marché face à un océan d'incertitudes monétaires (le changement de ton de la FED déjoue le pronostic d'un statu quo sur les taux jusqu'en décembre), économiques et géopolitiques (le Brésil est en pleine transition et la rue s'agite, le Venezuela est en décomposition).

Wall Street qui efface les -0,5 à -0,6% perdus jeudi avec des indices qui affichent de +0,6% (Dow Jones) à +0,75% (S&P500) et le Nasdaq se détache avec +1,35%... mais rien n'a bougé entre 17H29 et 17H35.

L'incursion sous les supports survenu la veille sur le Dow Jones ou le 'S&P' n'était bien entendu qu'un nouveau piège tendu aux vendeurs par les 'algos'... mais on ne les y prend plus depuis longtemps.

Il s'agit cependant d'un nouveau battement de portes de saloon qui contribue à pousser toujours plus d'intervenants à s'asseoir sur le banc de touche.

Le prétexte du rebond du jour, c'était l'embellie (initiale) des matières premières, mais le parcours des indices boursiers ces 12 dernières séances démontre que le lien avec les actions ne fonctionne plus de façon systématique, et cette séance de vendredi le prouve sans conteste.

Comment expliquer en effet qu'après une rechute du 'WTI' sous les 48$ cet-après-midi, le CAC40 ait amplifié ses gains de +50% dans le même temps ?

Cette hausse ne saurait non plus être reliée à la publication à 16H d'une légère hausse de +1,7% des reventes de logements anciens aux Etats Unis en avril (une 'stat' mineure de toutes façons).

'Les premières résistances restent à 4350 et 4400 points', rappellent toutefois les analystes techniques de Barclays Bourse dans leur point du matin.

Paris a été paradoxalement soutenu par les 'valeur $' comme Sanofi (+3,1%), Safran, Legrand et Michelin (+2,2% en moyenne) puis Total (+2,1%) ou Essilor, Airbus (+2%).

Du côté des baisses, Eiffage tente de limiter ses pertes (-1,25%) alors que Bpifrance a annoncé avoir engagé la cession de plus de 6,7% du capital.

SoLocal Group décroche de plus de 14,25% après avoir publié des résultats trimestriels décevants et dévoilé un plan de réduction drastique de sa dette.

Vallourec décroche de -2,6% et s'enfonce en direction des 3E, Technip plombe le CAC avec -3,3%.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant