CAC40: 5ème hausse, plus gros gain depuis janvier/mars 2015.

le
0

(CercleFinance.com) - Paris qui gagne +0,41% aligne une 5ème séance consécutive de hausse : il fait 2 fois moins bien que l'Euro-Stoxx50 qui affiche +0,82% à 3.022, avec l'aide du pétrole (+0,5% à 34,5$) qui résiste au gonflement des stocks US (+10Mns de barils la semaine dernière), lesquels inscrivent un nouveau zénith historique absolu.

Le CAC ne lâche rien alors qu'il vient de reprendre +14% depuis le 12 février : +550Pts d'une seule traite, c'est du jamais vu depuis début 2015).

A part la promesse renouvelée mardi soir d'un coup de bazooka monétaire par Mario Draghi le 10 mars prochain, on décèle difficilement quels sont les arguments fondamentaux qui sous-tendent le très spectaculaire rebond des indices, surtout les +250Pts engrangés depuis une semaine (et les +7% entre 4.198 et 4.448).

Les marchés semblent moins épidermiques que la veille : ils réagissent peu, voir pas du tout à l'enquête mensuelle d'ADP sur l'emploi dans le secteur privé aux Etats-Unis, laquelle fait état de la création de 214.000 nouveaux jobs le mois dernier -au lieu de 185.000 anticipés- après 193.000 en janvier.

Cela représente une progression de +10% par rapport à janvier, de +16% par rapport aux anticipations... mais contrairement au rebond marginal de l'ISM manufacturier la veille, cela ne provoque pas de vague d'euphorie à Wall Street.

Les opérateurs auraient-ils épuisé d'un coup leur quota d'exubérance irrationnelle ?

Wall Street (amorce une vague consolidation à l'horizontal : le Dow Jones et le 'S&P' s'effritent de -0,25%, le Nasdaq cède -0,4% sur les +2,9% gagnés la veille) alors que le Dollar progresse de +0,25% face à l'euro (tiens, y aurait-il un rapport ?).

Côté valeurs, journée noire pour bioMérieux (-14,3% en raison de prévisions 2016 prudentes voire décevantes, en sus de l'annonce d'une stabilité du dividende (1E) au titre de l'année écoulée. Le groupe vise un résultat opérationnel courant contributif entre 265 et 290 millions d'euros cette année, soit une fourchette-cible assez nettement inférieure à la prévision moyenne des analystes de 307 millions.

Le titre Nexity lâche quant à lui 3,27% alors que BPCE a bouclé la cession de l'intégralité de sa participation de 12,7% dans le groupe immobilier à un prix unitaire de 41,2 euros.

Les parapétrolières continuent d'être ramassées, à l'image de Vallourec (+7%) et CGG (+8% à 0,67E), Maurel et Prom +2%.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant