CAC40: +1,9% et perte hebdo réduite à -1,9% après le 'NFP'.

le
0

(CercleFinance.com) - Paris va clôturer sur un gain un peu inespéré voisin de +1,8% (4.185Pts), acquis à 70% avant la publication du 'NFP', le chiffre le plus attendu de la semaine.

Les opérateurs saluent la création de 287.000 emplois aux Etats Unis en juin (contre 175.000 attendus) : ils ne cherchent pas trop à analyser cette explosion inattendue de nouveaux jobs, surtout après une révision à la baisse (!) des chiffres déjà très faibles du mois de mai (de 38.000 à 11.000).

Les marchés semblaient n'attendre qu'un prétexte pour grimper -peu importe que ce soit bizarre ou contestable- et Bourse de Paris affichait jusqu'à +100Pts en ligne droite en moins de 6 heures de cotations.

Chez nos voisins, Francfort bondit de plus de +2,2% avec un DAX30 à 9.630, euphorique dans le sillage de Deutsche Bank (+4,5%) et Commerzbank (+6,5%).

Mais comment interpréter les chiffres de l'emplois US, en forte hausse (il faudra analyser en détail les créations secteur par secteur) mais assortis d'une hausse inattendue du taux de chômage de +0,2% à 4,9%.

Les créations d'emplois ont certes explosé en juin, mais pas les salaires dont la progression atteint péniblement +0,1% (contre +0,2% attendu).

Difficile de dire si des indications sur ces chiffres avaient 'fuité' mais le CAC40 avait déjà repris +1,2% avant leur publication (4.168 au plus haut ce matin): les gérants se ruent à present sur les valeurs bancaires alors que les taux longs se retendent avec le 'NFP'.

Les banques pourraient voir leurs marges s'améliorer si les taux poursuivent leur remontée... mais on reste très proche de planchers historiques: c'est juste 'moins pire' en terme de marges sur l'activité crédit.

Mais un seul chiffre -et pour le moins singulier- peut-il amener la FED à durcir le ton au risque de provoquer l'éclatement d'une bulle obligataire ?

Le CAC40 qui abandonnait plus de 3,6% sur la semaine ce matin voit ses pertes se réduire de moitié à -1,8%... mais il lui faudrait combler le 'gap' des 4233 points pour espérer mieux.

Difficile de dire si un seul chiffre -même spectaculaire- peut amener la FED à revoir sa stratégie et faire part de nouvelles 'intentions' : juste avant 14H30, le consensus était qu'elle allait renoncer à relever ses taux d'ici fin 2017.

A l'échelle européenne, c'est le secteur bancaire qui signe maintenant la la plus forte progression sectorielle avec Crédit Agricole +5,7%, Sté Générale +5,4%, AXA et BNP Paribas +4%.

Les constructeurs automobiles s'illustrent également avec Peugeot (+5,3%) et Faurecia (+5,5%) puis Renault (+6).

Sodexo avance de 1% après l'annonce d'un chiffre d'affaires en progression de 3,7% à à 15,7 milliards d'euros sur les neuf premiers mois de l'exercice 2015-2016.


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant