CAC 40: prudence confirmée à l'entame d'une semaine chargée

le
0

(CercleFinance.com) - Privée de catalyseur, la Bourse de Paris débute à la baisse une semaine très chargée sur les fronts des statistiques et des résultats d'entreprises.

Peu après 16h, le CAC 40 recule de près de 0,7% à 4.537 points et s'achemine donc vers une troisième séance de rang en territoire négatif.

'Techniquement, les indices sont très proches des résistances', notaient ce matin les analystes de Barclays Bourse, selon lesquelles 'un dépassement de ces niveaux permettrait de valider une tendance haussière'.

'Les marchés d'actions semblent sous-estimer le risque d'une remontée des taux', estime pour sa part Société Générale, quand bien même personne n'anticipe d'annonces majeures mercredi à l'issue de la réunion du comité de politique monétaire de la Fed.

Sur le marché des changes, l'euro avance d'un peu plus de 0,3% face au dollar à 1,1262. Dans le même temps, le baril de brut léger américain (WTI) est revenu pratiquement stable à environ 43,7 dollars.

Du côté des indicateurs, l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne a reculé de 0,1 point en séquentiel à 106,6 en avril, contre une hausse à un peu plus de 107 attendue par les économistes.

Outre-Atlantique, le Département du Commerce a fait état d'un recul de 1,5% des ventes de logements neufs en rythme séquentiel le mois dernier aux Etats-Unis à 511.000. Le chiffre du mois de février a été révisé à la hausse de 512.000 à 519.000 et le consensus était plus optimiste, tablant sur une progression à environ 521.000 ventes.

S'agissant des valeurs, le titre EDF dévisse maintenant de 10,2% et accuse la plus forte baisse du SBF 120 après l'annonce d'une augmentation de capital de 4 milliards d'euros dont les trois quarts seront souscris par l'Etat. 'Les prix de gros de l'électricité, entre 25 et 28 euros/MWh en France depuis début 2016, sont historiquement bas. Les prix pourraient se maintenir à ce niveau bas en France et en Europe au cours des deux à trois prochaines années', a également prévenu l'électricien après son très attendu conseil d'administration.

Pénalisé au premier trimestre par la faiblesse chronique des coûts du nickel, Eramet (-7,9%) est également à la peine ce lundi. Le groupe table en outre sur une baisse de son résultat opérationnel courant au titre du semestre en cours.

Eurofins Scientific engrange a contrario 4,7% et signe la meilleure performance de l'indice, entouré dans le sillage de la publication du chiffre d'affaires du premier trimstre, en hausse de plus de 10% en données organiques et en rythme annuel.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant