CAC 40 : les grands patrons gagnent en moyenne 2,25 millions d'euros par an

le
1
CAC 40 : les grands patrons gagnent en moyenne 2,25 millions d'euros par an
CAC 40 : les grands patrons gagnent en moyenne 2,25 millions d'euros par an

Près de 90 millions d'euros, c'est la masse salariale totale des patrons du CAC 40 pour l'année 2013, selon le classement publié lundi par Les Echos. En moyenne, chaque dirigeant des quarante plus grosses entreprises cotées à la Bourse de Paris a touché une rémunération de 2,25 millions d'euros.

Ce chiffre, en recul de 2,1% par rapport à 2012, marque une troisième année consécutive de baisse. Le repli est dû en grande partie à la chute des parts variables (-12%), conséquence de la crise, note le quotidien économique, tandis que les parts fixes restent stables.

19 patrons sur 40 ont vu leurs rémunérations progresser en 2013, la palme revenant à Jean-François Dubos, président du directoire de Vivendi, avec un bond de 190,24% (1,724 millions d'euros). Un chiffre trompeur puisqu'en 2012 le calcul de son salaire ne portait que sur six mois. La chute la plus spectaculaire est à l'actif d'Henri Proglio, dont le salaire annuel a été plafonné à 450 000 euros (-65%), après l'entrée en vigueur du décret de juillet 2012, limitant les salaires des dirigeants des grandes entreprises publiques.

Les banquiers retrouvent des couleurs

Comme l'an passé, la tête est occupée par Maurice Lévy, président du directoire de Publicis, qui a empoché 4,5 millions d'euros en 2013, en baisse de 6,25%, uniquement en parts variables. Son dauphin est toujours Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal, avec un salaire annuel de 3,937 millions d'euros, fixe et variable compris. Bernard Arnault, PDG de LVMH, quitte le podium et retombe à la 6e place, avec 3,457 millions d'euros (-8,8%). Il est remplacé à la troisième place par Georges Plassat (3,7 millions d'euros), le patron de Carrefour depuis avril 2012, et dont la dernière rémunération à ce nouveau poste ne portait que sur neuf mois.

Contrairement aux années précédentes, les banquiers affichent une meilleure mine, avec des parts variables qui ont gonflé en 2013 : + 137% pour le directeur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Alex282 le mardi 6 mai 2014 à 17:04

    + 137% pour le directeur général du Crédit Agricole, pour une Banque qui se dit Mutualiste, c'est tout simplement scandaleux !!!