CAC 40: enfoncement des 4.300 pts, Renault en chute libre.

le
0

(CercleFinance.com) - Séance très éprouvante pour les marchés actions européens, qui ont 'solidairement' suivi le repli de New York et des places asiatiques, alors que les cours du baril affichent un niveau jugé inquiétant.

Leur rebond ce jeudi ne suffit pas à infléchir le biais baissier et, peu après 13h30, le CAC 40 dévisse de 2,3% à 4.291 points, effaçant ainsi 'l'effet rattrapage' débuté mardi. L'indice phare est par ailleurs plombé par Renault, dont le titre s'effondre de 16,4% et entraîne Peugeot (-4,9%) dans sa chute. La marque au losange fait l'objet de craintes quant à une réédition du 'scandale Volkswagen' la concernant. L'agence Bloomberg a en effet relaté qu'un membre du syndicat CGT du centre d'essai Renault de Lardy (où sont mis au point les moteurs, boîtes de vitesse, etc, sur des bancs d'essai) a confirmé que des agents de la DGCCRF, direction du ministère de l'Economie chargée notamment des fraudes, avaient débarqué dans des sites du groupe liés aux tests d'émission et la certification des moteurs.

Les analystes techniques de Barclays Bourse ont prévenu ce matin qu'avec l'enfoncement des 4.300 points, le potentiel de baisse se situe désormais au niveau de la moyenne mobile des deux cent jours, c'est-à-dire 4.150 points.

XTB France souligne pour sa part que le baril de brent est provisoirement tombé sous le seuil symbolique des 30 dollars,

'ce dans un contexte déjà fortement marqué par le ralentissement des émergents (en particulier de la Chine) et de risques déflationnistes au niveau mondial'.

Alors que les opérateurs semblent s'interroger sur l'existence d'un véritable plancher pour les prix pétroliers, 'le secteur se dirige vers un nouveau repli d'ampleur en 2016', assure un spécialiste qui va jusqu'à prédire que 'l'activité pourrait être divisée par deux'.

Seuls indicateurs significatifs du jour, les prix à l'importation américains au titre du mois écoulé et les chiffres hebdomadaires du chômage seront connus en début d'après-midi.

Enfin, parmi les autres valeurs parisiennes, Alstom recule de 1,5% en dépit de l'annonce d'une progression de 7% de son chiffre d'affaires au titre du troisième trimestre.

Casino lâche de son côté 5% après l'annonce d'un chiffre d'affaires de 11,79 milliards d'euros au titre du quatrième trimestre de l'exercice 2015, soit un recul de 11,2% en données publiées directement imputable à la dévaluation du real brésilien face à l'euro.

(G.D.)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant