CAC 40: 3e séance de baisse consécutive, Gemalto aux abois.

le
0

(CercleFinance.com) - Toujours privée de catalyseur, la Bourse de Paris est repassée sous la résistance des 5.000 points.

En repli de 0,8% vers 10h20, le CAC 40 aligne une troisième séance consécutive en territoire négatif et cote 4.960 points.

'Alors que les banques centrales étaient au premier plan ces dernières semaines, l'absence d'actualité du côté macroéconomique et du côté des entreprises replace la politique au coeur des marchés', observent les équipes de Saxo Banque.

En France, le premier débat d'avant-hier soir semble avoir rassuré les investisseurs face au risque d'une montée du Front national, estime le bureau d'études, qui évoque également, de l'autre côté de l'Atlantique, la complexe mise en place des mesures promises par Donald Trump. 'Le nouveau président américain semble en effet rencontrer énormément d'obstacles sur la réforme de l'Obamacare, après les échecs essuyés pour sa réforme de l'immigration', souligne Saxo Banque.

Unique indicateur notable du jour, le chiffre des ventes de logements anciens aux Etats-Unis au titre du mois clos sera connu dans l'après-midi.

Dans l'immédiat, l'euro cède 0,3% face au dollar à 1,0784, tandis que le baril de Brent lâche un peu moins de 0,8% à 50,6 dollars.

Sur le front des valeurs, les financières, bien orientées ces derniers jours, marquent le pas ce mercredi. Crédit Agricole et Société Générale reculent ainsi de respectivement 2,2 et 2,4%.

Les opérateurs ne réagissent par ailleurs guère à l'annonce ce matin, dans le cadre des comptes annuels, d'une progression de 13% du bénéfice net part du groupe d'Hermes (-0,7%). 'A moyen terme, malgré le renforcement des incertitudes économiques, géopolitiques et monétaires dans le monde', le groupe a en outre confirmé 'un objectif de progression du chiffre d'affaires à taux constants ambitieux'.

Douche glacée enfin pour Gemalto, dont le 'profit warning' surprise entraîne une chute de 18,8% du titre. Le groupe envisage désormais un résultat des activités opérationnelles à un niveau similaire à celui généré en 2016, soit 453 millions d'euros, contre de 500 à 520 millions d'euros auparavant et 660 millions visés avant le précédent avertissement émis en octobre dernier par le nouveau CEO...

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant