Cabella, le grand perdant

le
0

Titulaire indiscutable sous Michel, Rémy Cabella a pris place sur le banc des remplaçants depuis le départ de l’Espagnol. Le passage en 4-4-2 n’a pas servi ses intérêts...

Ils sont deux pour le moment dans le secteur offensif de l’OM à avoir beaucoup perdu depuis le licenciement de Michel : Romain Alessandrini et Rémy Cabella. Le second était notamment titulaire indiscutable sous les ordres de l’Espagnol au sein du 4-2-3-1 où il était en soutien de Michy Batshuayi. Oui mais voilà, l’arrivée sur le banc de l’intérimaire Franck Passi a changé la donne. Car Marseille est passé en 4-4-2 depuis, avec une attaque désormais menée par Batshuayi et Steven Fletcher. Alors que Florian Thauvin a joué les deux matchs, Bouna Sarr a succédé dimanche à Georges-Kévin Nkoudou sur l’un des côtés du milieu marseillais. Pour un résultat finalement décevant avec un nouveau triste match nul concédé face aux Canaris dans un Vélodrome très peu garni (1-1).

Cabella : « Il ne faut pas être inquiet »

Cabella n’est entré en jeu qu’à la 76eme minute de jeu à la place de Fletcher pour tenter d’apporter son dynamisme, mais sans grand succès. Pourtant, à la fin de la rencontre, aucun journaliste présent en zone mixte ne lui a posé de questions sur la baisse de son temps de jeu depuis deux rencontres. En revanche, les questions autour du maintien du club ont fusé : « C’est presque le maintien assuré, a répondu le joueur prêté par Newcastle devant les micros des journalistes. Il ne faut pas être inquiet. On est mieux à notre place qu’en bas, il faut gagner la semaine prochaine. Il faut se le dire et le montrer sur le terrain. » Le natif d’Ajaccio a en revanche été interrogé sur le départ de Michel et les changements éventuels engendrés par le retour de Passi.

Cabella pas enthousiaste avec l’arrivée de Passi

Et sa réponse n’est pas très flatteuse pour l’ancien adjoint de Michel : « Si cela a changé quelque chose ? C’est une autre approche. Chacun est différent. Après, on dit toujours, c’est le coach mais on peut voir que ce soir (dimanche), c’est nous sur le terrain. C’est nous qui jouons. Si on ne fait pas le maximum et qu’on n’est pas conscients de notre situation, cela fait un match nul. On aurait pu perdre vu qu’on était mené. Le problème, c’est nous, ça n’est pas le reste autour. » A lui de prouver à l’entraînement puis lors des trois dernières rencontres de L1 qu’il est l’une des solutions. Une place de titulaire en finale de la Coupe de France face au PSG est en jeu…
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant