Ça va ressembler à quoi, le Séville de Sampaoli ?

le
0
Ça va ressembler à quoi, le Séville de Sampaoli ?
Ça va ressembler à quoi, le Séville de Sampaoli ?

Emery parti passer un cap au PSG, le FC Séville a confié son destin à Jorge Sampaoli. Un entraineur argentin qui a mené le Chili sur le toit de l'Amérique, et qui va affronter son premier défi sur le continent européen. Décryptage d'un projet prometteur.

Il y a une semaine, le bordel argentin a traversé les frontières, pour s'immiscer dans la calme Séville. Jorge Sampaoli a signé depuis longtemps déjà pour le triple vainqueur de l'Europa League. Mais voilà que la fédération argentine veut mettre son grain de sel dans le début d'une nouvelle ère. Après la démission de Tata Martino au poste de sélectionneur de l'Albiceleste, la valse des possibles successeurs débute. Dans le lot, un certain Marcelo Bielsa qui a planté la Lazio, d'autres entraineurs qui ne quitteront pas leurs clubs de sitot (Gallardo et River, Pochettino et Tottenham), et Jorge Sampaoli. Un homme qui, après son départ tumultueux du Chili, se cherchait un nouveau défi. Alors que des discussions ont été entamé avec Boca Juniors ou d'Independiente pour le chauve et guide de la nation chilienne vers la conquête de l'Amérique en 2015, son fanatisme pour River Plate l'a fait changer d'avis. En Argentine, Sampa ne dirigera aucun autre club que celui à la bande rouge. Sa signature à Séville, en remplacement d'un Unai Emery parti prouver qu'il peut gagner autre chose que l'Europa League du coté de Paname, apparaît alors comme une évidence. Une cellule de recrutement efficace, un chantier à retaper depuis zéro, et une attente énorme autour de son premier défi en Europe. Monchi se charge d'aller le chercher à l'aéroport, de présenter l'Argentin comme un "entraineur confirmé du football mondial", et lui file les clés d'un Sánchez Pizjuán qui digère doucement le départ d'Emery. Mais quand l'Argentine perd Gerardo Martino, le nouvel entraineur du FC Séville apparaît sur toutes les lèvres sur sa terre natale. La presse locale affirme même que Juan Sebastián Verón va être envoyé par l'AFA pour convaincre Sampaoli de venir prendre les rênes d'une sélection en pleine crise. Les journaux espagnols avancent même qu'une clause lui permet de rompre son contrat avec Séville pour répondre à l'appel de la mère patrie. Finalement, toutes ces rumeurs ont été balayées rapidement. Sampaoli peut tranquillement prendre ses marques du coté de Nervión et entamer une nouvelle ère prometteuse.

Des recrues adaptées au style de Sampa

[BR…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant