Ça se corse entre l'OM et Passi

le
0
Ça se corse entre l'OM et Passi
Ça se corse entre l'OM et Passi

Les relations tournent au vinaigre entre Franck Passi et l'Olympique de Marseille. Hier matin, l'ex-entraîneur principal de l'équipe phocéenne, démis de ses fonctions le 19 octobre et remplacé par Rudi Garcia, s'est ainsi présenté au centre d'entraînement Robert-Louis-Dreyfus. Objectif ? Tenter de prendre contact directement avec ses nouveaux dirigeants et débloquer une situation proche jusqu'à présent du statu quo. Depuis sa mise à l'écart, il y a trois semaines, Passi avait en effet reçu la consigne de rester chez lui. Son salaire d'octobre a été intégralement payé et, comme révélé dans nos éditions de lundi, son contrat d'entraîneur principal est toujours en cours.

 

L'heure de la négociation approche

 

Hier, une fois franchies les portes du centre d'entraînement, Franck Passi s'est vu interdire l'accès à son lieu de travail. Dans le même temps, la direction juridique de l'OM a tenté de lui remettre une lettre de convocation pour un entretien préalable au licenciement. Sans succès. Franck Passi, employé du club depuis dix ans successivement comme recruteur, entraîneur de l'équipe réserve, entraîneur adjoint et entraîneur principal de l'OM depuis août dernier, a alors quitté les lieux, sans plus de formalités.

 

Mais les choses n'en sont pas restées là. L'avocat de Franck Passi a en effet saisi dans la journée d'hier la commission juridique de la Ligue de football professionnel. Selon nos informations, Me Carlo Alberto Brusa demande à la commission ni plus ni moins que « la suspension des effets du contrat » signé entre Rudi Garcia et l'OM et « la poursuite de l'exécution du contrat de travail » de Franck Passi. Au-delà des termes spectaculaires de cette requête, le défenseur de Passi sollicite surtout l'aide de la commission juridique pour mener une conciliation entre la direction marseillaise et leur ancien entraîneur.

 

Initialement, Jacques-Henri Eyraud, le nouveau président de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant