Ça se complique pour Abidal et Nasri

le
0
Ça se complique pour Abidal et Nasri
Ça se complique pour Abidal et Nasri
Ils ont confirmé

Mercredi soir, l'équipe de France a séduit par son jeu, son efficacité mais aussi son implication dans un match qui n'avait finalement rien d'amical. Les habituels sifflets du Stade de France ont laissé place à des encouragements grandissants, témoins d'un engouement populaire retrouvé. Cette réconciliation, entamée lors du match retour de barrages contre l'Ukraine, est devenue possible grâce à l'apport de joueurs devenus cadres. On veut bien évidemment parler de Blaise Matuidi, impérial en sélection comme au PSG, et qui ajoute depuis peu ses qualités de buteur à une panoplie déjà bien complète. Mais on pourrait aussi citer Paul Pogba ou encore Karim Benzema, qui sont tous les deux dans une forme ascendante. Espérons d'ailleurs que ce ne soit pas trop tôt (ndlr : on se souviendra que Zinédine Zidane était hors de forme en mars 2006 avant de devenir le meilleur joueur de la Coupe du Monde en Allemagne quelques mois après). Retenons également la performance d'un Raphaël Varane enfin débarrassé de ses pépins à un genou et qui s'affirme comme le défenseur central dont l'équipe de France avait tant besoin. Même un Mathieu Valbuena en méforme du côté de l'OM a apporté sa pierre à l'édifice contre les Pays-Bas. Comme souvent, le milieu de terrain marseillais s'est bien battu et il a été décisif. Au milieu de terrain, Yohan Cabaye a été moins présent que face à l'Ukraine mais sa qualité de passe est une arme de plus pour les Bleus dans son positionnement de premier relanceur. Le Parisien est essentiel au rayonnement technique de l'équipe de France. Il l'a encore prouvé mercredi soir au Stade de France.

Ils ont marqué des points

Il est peut-être celui que l'on attendait le moins. Là où tout le monde scrutait les premiers pas d'Antoine Griezmann, personne n'attendait Eliaquim Mangala. Profitant de la blessure de Laurent Koscielny, le défenseur du FC Porto a séduit au marquage de Robin van Persie, à qui il n'a laissé que des miettes. Après s'être « farci » Edinson Cavani et Luis Suarez l'été dernier contre l'Uruguay, le joueur de 23 ans a éc?uré l'attaquant de Manchester United. Une prestation saluée par la presse ce jeudi matin qui ouvre le débat à quelques semaines de la liste des 23 de Didier Deschamps. Raphaël Varane, Laurent Koscielny et Mamadou Sakho sont des partants certains pour le Brésil. Il reste donc une place que le natif de Colombes pourrait bien chiper à un Eric Abidal en fin de parcours. Pour leur première en Bleus, Antoine Griezmann et Lucas Digne ont été satisfaisants. Un brin emprunté en début de rencontre, l'attaquant de la Real Sociedad est peu à peu entré dans son match. Son bagage technique est un atout de taille et sa polyvalence pourrait lui permettre de se faire une place au soleil de Rio. Quant au défenseur du PSG, il n'est pas forcément entré au meilleur moment (ndlr : le jeu des Bleus était moins flamboyant en seconde période) mais sa sûreté technique et sa relation avec Franck Ribéry sont à revoir.

Ils ne prendront sans doute pas l'avion pour le Brésil

Les absents ont encore une fois eu tort. On citera notamment Samir Nasri, qui n'a jamais été un choix préférentiel pour Didier Deschamps. Si le joueur de Manchester City est pourtant plus régulier en club, il n'apporte que rarement au jeu des Bleus. A l'heure où la machine tourne à plein régime, on voit mal le sélectionneur le rappeler quand on connaît son passé tumultueux avec les Bleus. Pour Nasri, le Mondial s'est éloigné. Mais il n'est pas le seul. On pourrait évoquer le sort de son compatriote chez les Citizens, Gaël Clichy. Désormais troisième voire quatrième (on pense à Jérémy Mathieu même s'il joue plus dans l'axe avec le FC Valence) dans la hiérarchie des arrières gauches, l'ancien joueur d'Arsenal ne verra pas le Brésil à moins d'une blessure de Digne ou Evra. Ce que l'on ne souhaite pas évidemment. Même chose pour Jérémy Ménez qui a déjà compris qu'il aurait de longues vacances cet été. Sur un côté, Loïc Rémy et Dimitri Payet ont un temps d'avance aux yeux du sélectionneur. Au poste de sentinelle, Maxime Gonalons voit lui aussi ses rêves de Mondial s'envoler. DD lui préfère Rio Mavuba ou encore Josuha Guilavogui. Et on ne voit pas ce qui pourrait le faire changer d'avis. En défense, comme évoqué précédemment, Eric Abidal peut déjà commencer à réserver ses vacances au soleil. S'il choisit le Brésil, ce sera a priori en tant que spectateur averti.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant