Ça donnera quoi, le nouveau San Lorenzo ?

le
0
Ça donnera quoi, le nouveau San Lorenzo ?
Ça donnera quoi, le nouveau San Lorenzo ?

Un an après avoir remporté la première Copa Libertadores de l'histoire de San Lorenzo, l'entraîneur Edgardo Bauza quitte son poste. Pablo Guede, ancien coach de Palestino, prend la relève. Et risque de tout bouleverser dans le club cher au pape François.

Le 6 septembre dernier, lorsque Rodrigo Betancur, jeune milieu de terrain de Boca, offre un but inespéré à Mauro Matos dans le temps additionnel, on pouvait croire à un retour du club entraîné par Bauza dans la course au titre. Finalement, San Lorenzo terminera à trois points des coéquipiers de Carlos Tévez. La fin d'une saison vierge et compliquée, marquée par une mauvaise campagne en Copa Libertadores (tenant du titre, le club du quartier de Boedo a été éliminé au premier tour), les blessures à répétition de ses cadres (Romagnoli et Ortigoza), et les incessantes rumeurs sur un départ d'Edgardo Bauza. Finalement, le Patón, qui a mené le club cher au pape François sur le toit du continent sud-américain pour la première fois de son histoire s'en va, estimant que "son cycle était terminé".

Escribiste para siempre tu nombre en la historia grande de nuestro club.
#GraciasBauza

— Matías Lammens (@MatiasLammens) 29 Octobre 2015
L'entraîneur argentin laisse derrière lui un chantier important pour son successeur Pablo Guede, débarqué de Palestino. Une nouvelle ère, qui devrait faire la part belle au football total prôné par celui qui se dit admirateur de Bielsa.

Pas encore prophète en son pays


En Argentine, Pablo Guede est (peu) connu pour la montée en première division obtenue avec le modeste club de Nueva Chicago lors de la saison 2013-2014. Au Chili, il est l'entraîneur qui a donné une nouvelle vie au club unique qu'est Palestino. Avec un groupe d'une moyenne d'âge de 24 ans, le plus faible budget du championnat, il emmène le club en Copa Libertadores. À cette époque, la presse chilienne lui promet même un avenir dans le staff de Jorge Sampaoli, sélectionneur du Chili. Un amoureux du football offensif qui se présentait ainsi aux supporters de San Lorenzo, lors d'une interview pour la chaîne argentine TYC Sports : "Je veux adapter mon idée de jeu à San Lorenzo. Quand tu arrives dans un nouveau club, tu ne peux pas forcément le faire. Mais avec Lammens et Tinelli (président et…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant