Ça chauffe chez les routiers

le
41
Des chauffeurs routiers contestataires dans le sud de la France, le 16 novembre dernier.
Des chauffeurs routiers contestataires dans le sud de la France, le 16 novembre dernier.

En reportant la taxe poids lourds (TPL) sine die, le gouvernement n'a pas réussi à apaiser le secteur des transports routiers. Au contraire, il semblerait même que l'écotaxe ait joué le rôle de catalyseur de tous les mécontentements. Patrons et salariés du transport routier de marchandises ont tous de bonnes raisons de protester et comptent se faire entendre, barrage routier aidant, dans les prochains jours. Revue des questions qui fâchent.

30 novembre : l'écotaxe, entre négociation et mobilisation

Il existe un schisme sur la question de l'écotaxe au sein des organismes patronaux. D'un côté, la FNTR*, qui avaient manifesté contre la loi TPL entre 2007 et 2009, ainsi qu'Unostra, CSD et TLF souhaitent poursuivre les négociations avec le gouvernement. Ils veulent la certitude qu'en cas d'application de la taxe leurs clients payent une partie de la facture. De même, en cas de location d'un véhicule, le propriétaire devra pouvoir répercuter tout ou partie de la taxe sur le locataire. En cas d'échec des négociations sur un point ou un autre, la FNTR dit clairement qu'elle descendra à son tour dans la rue.

De son côté, l'Organisation des transporteurs routiers européens (OTRE), dont les adhérents représentent environ 10 % des entreprises du secteur, est sur une tout autre ligne. Son objectif ? L'annulation pure et simple de la TPL. Après une première journée de mobilisations le 16 novembre, l'OTRE bat à nouveau le rappel ce samedi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • psdi le dimanche 1 déc 2013 à 10:47

    @jean-648 : Tout à fait d'accord avec toi.

  • slivo le samedi 30 nov 2013 à 19:03

    Ils vont augmenter la taxe sur les camions à cause du nombre de chevaux, comme pour les clubs d'équitation.

  • M1178616 le samedi 30 nov 2013 à 17:29

    il est interdit de parler du mannequin qui teint ses cheveux...il est pourtant à l'élysée.

  • jean-648 le samedi 30 nov 2013 à 17:24

    Pas grave le gasoil et l'essence augmenteront, les routiers ne paieront pas l'écotaxe. Tous les cadeaux que l'on fait aux entreprises seront à la charge des citoyens. Ce n'est que le début.

  • frk987 le samedi 30 nov 2013 à 17:05

    Achetez des épaves de camions capables de rouler quelques km, vous encerclez l'Elysée un mercredi jour du conseil des ministres, ce sera amusant de voir les hélicoptères évacuer les ministres courageux incapables d'être sécurisés par les CRS. Faites une collecte pour l'achat des camions, je donne !!!!!

  • M608962 le samedi 30 nov 2013 à 16:56

    petit scénario marrant : bloquer tous les accès à l'Elysée avec des voitures entre 2 et 3 heures du matin un dimanche, voitures par centaines ,alerter les chauf feurs de poids lourds par CB ,SMS ,Tél éphone pour achever le blocus

  • cell le samedi 30 nov 2013 à 16:25

    @wanda6 ouais t'as raison MDR , le peuple n'a jamais été autant dans la rue !!!ils écoutent le peuple ...Grace à Hollande , on va avoir 15 ans de droite :)

  • frk987 le samedi 30 nov 2013 à 16:25

    Au lieu de bloquer les routes, encerclez donc l'Elysée avec vos bahuts, un blocus complet..... 200 camions pour ceinturer le bâtiment, les CRS ne pourront rien faire !!!!

  • psdi le samedi 30 nov 2013 à 16:23

    Avec quelque milliers de manifestants seulement en début d'après-midi, il y a beaucoup moins de monde qu'à Quimper, lors de la première manifestation qui avait rassemblé entre 15.000 et 30.000 personnes.

  • psdi le samedi 30 nov 2013 à 16:22

    Info du Figaro : "Il y'en a marre de l'Écologie, ça revient trop cher !" dixit Mohamed MEBREK. Ils ont trouvé un gars, un Mohamed au Figaro. Le pire il a eu cette remarque : ""Sarko, revient !" a-t-il même osé en rigolant. Moi, j'ai envie de dire il n'y a rien de marrant. Mais bon, là, on est dans le FIGARO, vous avez tout compris.