C3 : un tirage abordable pour les Français, vraiment ?

le
0
C3 : un tirage abordable pour les Français, vraiment ?
C3 : un tirage abordable pour les Français, vraiment ?

L'AS Saint-Étienne et l'Olympique de Marseille connaissent leur adversaire en huitièmes de finale de Ligue Europa. Bâle et Bilbao tenteront de leur barrer la route. Pour certains, le tirage est abordable. Vraiment ? Et puis, qu'est-ce qu'une équipe abordable ?

Pour la deuxième fois en seulement trois jours, Gianni Infantino a plongé ses mains dans les boules de l'UEFA à l'occasion des tirages au sort des huitièmes de finale de la Ligue des champions et des seizièmes de la Ligue Europa. Leur irrévocable sentence - coucou Denis - a condamné le Paris Saint-Germain à affronter le Chelsea de Mourinho pour la troisième année consécutive, l'OM à défier l'Athletic Bilbao et Saint-Étienne à jouer contre le FC Bâle. Si les retrouvailles du PSG avec les Blues n'enchantent personne, d'aucuns affirment que les Marseillais et les Stéphanois sont sortis vernis de ce tirage. Il paraîtrait que ce dernier a été abordable pour les équipes françaises en C3. Deux habitués des compétitions européennes, auteurs d'exploits non négligeables lors des premières années de la décennie en cours, seraient en réalité du menu fretin pour deux clubs dont les derniers exploits sur la scène internationale datent, au mieux, du début du siècle en cours. La leçon des barrages de la Ligue des champions 2014-2015 - qui a vu le LOSC se faire maîtriser par Porto - n'a donc pas été retenue. L'humiliation des barrages de la Ligue Europa de la même année non plus. Rien n'empêche le mot "abordable", aussi lâche que condescendant, de revenir dans la bouche des uns et des autres au vu des noms sortis des boules de Gianni.

Bilbao et Bâle, deux habitués, deux collectifs


Abordable. Adj : se dit de quelque chose ou quelqu'un qui est d'abord facile. Pour qui suit un minimum le football espagnol, la C1 et la C3, il est inconcevable de coller ce mot devant les noms de Bilbao et Bâle. Les premiers participent assidûment aux coupes d'Europe par la voie du plus grand championnat du monde ou de la Copa del Rey, ont disputé la finale de la Ligue Europa en 2012 et disposent d'un effectif ainsi que d'une philosophie de jeu assez stables depuis de longues années. C'est une réelle institution. Alors certes, il n'y a pas de nom ronronnant -encore que, Aduriz domine le classement des buteurs de la C3, Laporte impressionne derrière et Iñaki est en train d'exploser -, mais la dimension collective de la formation basque prévaut sur le reste, et, de ce fait, son niveau est plus difficilement évaluable.

C'est valable pour les Suisses, qu'on a surtout vu en C1 ces derniers temps. Il est apparemment plus facile de ne croire et/ou d'accepter…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant