C1 - PSG : Souviens-toi le match aller...

le
0
C1 - PSG : Souviens-toi le match aller...
C1 - PSG : Souviens-toi le match aller...

Le 3-0 infligé par le PSG au FC Bâle il y a deux semaines en Ligue des Champions était un score plus que flatteur pour des Parisiens en souffrance par instants. Des difficultés qui n’ont pas été oubliées et dont les coéquipiers de Thiago Silva comptent bien se servir pour la revanche en Suisse mardi.

Rarement le PSG était passé aussi près de la correctionnelle. Depuis le début de l’ère QSI et son retour en Ligue des Champions, le club de la Capitale avait pris la bonne habitude d’être fort avec les faibles sur la scène européenne, surtout à domicile. Mais cette règle a volé en éclats lors du match aller contre le FC Bâle, même si le score aurait tendance à démontrer l’inverse (3-0). Sauf que le tableau d’affichage était franchement trompeur, tant les Suisses avaient causé une montagne de problèmes au PSG. Ils avaient même touché les montants à trois reprises! Oui, les Parisiens s’étaient fait une grosse frayeur dans la course à la qualification pour les huitièmes de finale. Ce dont ils ne se cachent pas. « Ils nous ont mis en difficulté sur les trente premières minutes du match aller, a reconnu Marquinhos lundi, lors de la traditionnelle conférence de presse de veille de match. C’est à nous de savoir comment faire pour ne pas être en danger demain (mardi). On doit montrer les choses qu’on a faites en deuxième période et maîtriser le jeu. » « Nous avons gagné 3-0, mais Bâle avait la possibilité de faire mieux », a confirmé Unai Emery.

Marquinhos : « On ne va pas changer notre style de jeu »

Bien en place avec leur bloc bas et excellents en contre-attaques, les hommes d’Urs Fischer avaient mis en évidence le déséquilibre du PSG à la perte du ballon et ses soucis du moment à déstabiliser une équipe regroupée. « Le coach a mis en place un système qui a permis de les contrer. Mais quand on ne marque pas en première période, après ça peut être pénible », a ruminé Seydou Doumbia devant les journalistes. L’attaquant du FC Bâle ne considère néanmoins pas Paris moins fort que ces dernières saisons. « L'équipe n'a pas totalement changé, à l'exception d'un ou deux joueurs. Partout, quand on change d'entraîneur, c'est parfois très difficile avant de démarrer. Si on peut profiter de ça pour marquer notre territoire, pourquoi pas. » Le PSG le sait, il ne pourra plus plaider la surprise comme au match aller. Mais il ne craint pas pour autant outre-mesure le large leader du championnat suisse (12 points d’avance sur le FC Sion), à en croire Marquinhos. « On ne va pas changer notre style de jeu, on essaie d’avoir la maîtrise, savoir quand attaquer et quand avoir la possession. On sait que ce sera un match très difficile. Peu d’équipes nous mettent en difficulté au Parc, comme elle l’a fait. »

Emery : « Le chemin pour gagner est plus facile quand tu joues bien »

Un constat qui suffit à donner du sel à la soirée de mardi, même si elle n’en manquait pas. Une victoire et le PSG composterait (déjà) son billet pour les huitièmes de finale. Un nul, avec une victoire d’Arsenal dans le même temps chez le PFK Ludogorets Razgrad, ferait aussi l’affaire. Dans des temps compliqués, ce serait bon à prendre. « Le plus important aujourd’hui, c’est gagner, demain (mardi) et après en championnat. Le chemin pour gagner est plus facile quand tu joues bien. L’équipe joue bien avec la possession, elle est meilleure défensivement, mais elle doit encore s’améliorer offensivement et sur la profondeur. Il est important de gagner, pour améliorer le classement et la confiance. C’est plus simple ainsi de s’améliorer. » Une montée en puissance devenue urgente à force de céder du terrain en championnat, jusqu’à compter six points de retard sur Nice. Il y aura aussi la première place du Groupe A de Ligue des Champions à disputer à Arsenal, à l’Emirates Stadium, dans trois semaines. Voilà pourquoi le PSG n’a pas le droit de se rater à Bâle. Pour ne pas faire encore des pas en arrière, alors qu’il est temps pour lui d’accélérer le mouvement de sa reconstruction.  
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant