C1 / PSG - Arsenal : Serge Aurier scelle la réconciliation

le
0
C1 / PSG - Arsenal : Serge Aurier scelle la réconciliation
C1 / PSG - Arsenal : Serge Aurier scelle la réconciliation

La sortie de Serge Aurier sur Périscope avait perturbé la campagne du PSG en Ligue des Champions la saison dernière. Le latéral ivoirien a retrouvé la scène européenne mardi avec un match plein contre Arsenal (1-1). Rien de mieux pour faire oublier les erreurs du passé.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU PARC DES PRINCES 

Serge Aurier était aussi démonstratif qu’Edinson Cavani. Comme si c’était lui qui avait marqué le but de l’ouverture du score après à peine 45 secondes de jeu mardi contre Arsenal (1-1), le latéral du PSG a harangué le public, avant d’être enseveli par Angel Di Maria et Marco Verratti. Il a ensuite sauté dans les bras de l’attaquant uruguayen dans un immense dégagement d’énergie positive entre les deux joueurs. Il y avait dans la rage de l’international ivoirien le sentiment du devoir accompli et surtout celui de tourner enfin une page sombre de sa carrière. Sa sortie sur Périscope en plein mois de février avait pesé lourdement dans la campagne du PSG en Ligue des Champions la saison dernière. Il était en pleine forme, quand il s’était mis à chambrer, voire insulter, ses coéquipiers et son entraîneur sur le réseau social. Le tout à quatre jours d’affronter Chelsea en huitième de finale aller de Ligue des Champions.

Aurier dans le rôle de Kurzawa

Paris avait passé l’obstacle sans encombre, mais sa réintégration au groupe pour la double confrontation avec Manchester City avait viré au fiasco, individuel et collectif. Mis en garde par Unai Emery pendant la préparation estivale et surveillé de près par les dirigeants parisiens, Aurier sait bien qu’il n’a plus de joker. Mais il ne lui suffit plus d’être irréprochable en dehors des terrains, il lui faut regagner de la crédibilité sur la pelouse. Une réputation met un temps fou à se faire, davantage à se refaire. Avec des prestations comme celle de mardi, ça ne devrait plus tarder. Parce que son centre parfait dès la première minute a autant lancé son match que celui du PSG. Depuis le début de la saison, Paris avait tendance à pencher vers la gauche, sur le côté d’un Layvin Kurzawa en pleine bourre. L’ancien Monégasque à l’infirmerie, Maxwell a pris sa place dans un style différent, bien plus sobre.

Une passe décisive, le minimum

Aurier a pris le relais de Kurzawa dans le rôle du dynamiteur de couloirs. Il a multiplié les appels, a étalé sa complicité avec Marco Verratti et Angel Di Maria. Avec de tels pourvoyeurs de ballons autour de lui, l’ex-Lensois et Toulousain avait tout pour se régaler, il ne s’en est pas privé. Surtout qu’Alex Iwobi, son adversaire direct, avait choisi de limiter son investissement défensif au strict minimum. Alors Aurier a causé bien des tourments à Arsenal, qui a mis un temps fou à trouver une solution au problème. Tout au long de la première période, le numéro 19 du PSG a déboulé sur son côté à pleine vitesse et s’est montré menaçant au bout de chacun de ses débordements. Nombre de ses centres auraient mérité meilleur sort, qu’ils aient pour cible Cavani (28eme, 31eme) ou Blaise Matuidi (61eme).

Des erreurs gommées par son envie

Quelques instants seulement après s’être plaint de la cheville droite suite à un duel aérien avec Nacho Monreal, il a remis la marche avant. Un service parfait de Di Maria l’a placé en face-à-face avec David Ospina, que le gardien colombien a remporté (68eme). Il n’a jamais compté ses allers-retours, mais était encore prêt à les enchaîner quand Unai Emery a choisi de le remplacer pour Thomas Meunier (84eme), comme l’a démontré son irritation lorsque Verratti a oublié de servir un de ses appels en profondeur. Certes, Aurier a commis des impaires défensifs, comme son marquage lâche sur Iwobi (39eme) ou sa relance imprécise qui aurait pu sanctionner un temps faible durable du PSG (51eme). Mais quand il montre une telle envie, il se fait quasiment tout pardonner. Même ses erreurs du passé.  

A voir aussi :  >>> Le résumé de PSG - Arsenal  >>> Le règne de Paris sur le milieu a pris fin trop tôt >>> Nasser Al-Khelaïfi : « Ben Arfa ? Pas un problème du tout »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant