C1 - Lyon : Le doute, très peu pour eux

le
0
C1 - Lyon : Le doute, très peu pour eux
C1 - Lyon : Le doute, très peu pour eux

Bruno Genesio et Maxime Gonalons ont fait dans la méthode Coué lundi à la veille du déplacement à Séville en Ligue des Champions (20h45). L’OL a beau sortir d’une défaite à Lorient (1-0), il croit en ses chances en Andalousie.

« Les doutes sont chez vous, pas chez nous. » S’il y avait une phrase pour résumer le contenu de la conférence de presse commune de Bruno Genesio et de Maxime Gonalons lundi à la veille du match à Séville en Ligue des Champions (20h45), ce serait celle-là. Quand les questions des journalistes ont quasiment tourné en boucle sur le moral des troupes et les incertitudes nées de la défaite à Lorient samedi (1-0), l’entraîneur de Lyon et son capitaine ont tout fait pour minimiser la situation. « Il n’y a pas d’alarmisme, d’inquiétude », a notamment assuré le premier. Les deux hommes sont en accord sur un point : le manque de réussite et le déficit d’efficacité sont les principales causes du faux-pas dans le Morbihan, contre ce qui était alors la lanterne rouge de la L1. « Je ne dirais pas qu’on a fait un non-match, a lâché Gonalons. Ça ne se joue pas à grand-chose, ça peut vite tourner en notre faveur. On doit progresser sur l’efficacité dans nos temps forts. On est conscients qu’on doit faire beaucoup mieux, mais on sait aussi qu’on a de la qualité. Il faut en prendre conscience sans tout noircir. »

Gonalons : « Il faut être plus tueur, devant et aussi derrière »

La stricte analyse des résultats n’incite pourtant pas à l’optimisme. Au mois de septembre, les Gones n’ont gagné que deux de leurs cinq matchs, contre un Dinamo Zagreb bien faiblard (3-0) et un Montpellier réduit durement à dix au moment où il menait 0-1 au Parc OL (5-1 au final). Ils n’ont gagné qu’une seule fois en quatre déplacements en championnat, c’était à Nancy lors de la première journée (0-3). « Parfois on est fébriles, c’est difficile de savoir pourquoi, on y réfléchit, a d’ailleurs reconnu Gonalons. Il y a peut-être un certain relâchement. » A Marcel-Picot, c’était un triplé d’Alexandre Lacazette qui avait balayé les doutes dans la foulée d’une claque reçue contre le PSG dans le Trophée des Champions (4-1). Un atout que les Lyonnais ne pourront pas sortir de leur manche cette fois. « Un joueur comme Alex est super important pour nous, c’est notre leader d’attaque, a reconnu Gonalons. On doit faire avec. Il faut essayer de combler tout ça, il y a des joueurs très intéressants. Il faut être plus tueur, devant et aussi derrière. » Le réalisme en cause, encore et toujours. Mais en dehors de cette faille, rien n’inquiète outre mesure les Lyonnais.

Les blessures, le système, l’enchaînement des matchs : rien n’inquiète Genesio

Les blessures à répétition, celle de Rafael l’ayant envoyé à son tour à l’infirmerie ? « Il n’y a pas de psychose, c’est comme ça, répond Genesio. Beaucoup d’équipes qui sont engagés dans les compétitions européennes ont des blessés, ce sont les matchs qui blessent les joueurs. » Le 3-5-1-1 mis en place depuis deux semaines ? « Je ne pense pas que ce système soit compliqué, au contraire, rétorque le coach de l’OL. Mes joueurs l’ont assimilé de manière remarquable. Pour qu’on ne gagne pas à Lorient, il a fallu qu’un gardien batte le record d’arrêts sur un match en L1 et qu’on tire sur la barre pour la 23eme fois en six mois. » L’enchainement des rencontres depuis la trêve internationale ? « On n’a pas de doute, simplement des solutions à trouver, c’est notre travail au staff, de trouver le bon système et les bonnes compositions d’équipes, souffle enfin Genesio. Ce sera notre sixième match en dix-sept jours, mais on est entraîné pour ça et ce sont des joueurs professionnels prêts à évoluer à cette cadence. »

Genesio : « Si on n’y croit pas, il vaut mieux rester à la maison »

Ce déplacement à Séville fera office de crash-test pour l’OL. Depuis le début de la saison, il n’a pas affronté en L1 d’équipe européenne cette saison. A cinq jours du derby contre Saint-Etienne en L1, les Lyonnais devraient ainsi en savoir plus sur leur potentiel après leur passage par Sanchez-Pizjuan. Même s’ils assurent ne pas avoir besoin de ça, Genesio en tête. « On n’a pas de certitudes, mais des convictions. Il y a des contenus qui sont intéressants, même s’il n’y a pas toujours le résultat. Si on n’y croit pas, il vaut mieux rester à la maison. Je suis persuadé que mes joueurs vont être disciplinés et montrer un autre visage que celui affiché en seconde période à Lorient. » Surtout que la victoire mettrait les Gones sur orbite dans l’optique d’une qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. « Ça pourrait mettre une grosse option, même si ce ne serait que le deuxième match de cette phase de groupes, a tempéré Gonalons. Il faut faire attention parce que ça peut aller très vite. Gagner nous mettrait dans de bonnes dispositions et nous donnerait beaucoup de confiance. » Cette fameuse confiance que les Lyonnais assurent pourtant n’avoir jamais égaré. A voir aussi : > L'actualité de l'OL > Le calendrier de la Ligue des Champions
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant