C?ur : des progrès contre l'arythmie

le
0
La fibrillation auriculaire, trouble du rythme le plus fréquent après 60 ans, se soigne désormais beaucoup mieux.

Lorsque le c½ur bat la chamade sans raison, le seul bon réflexe à avoir est de consulter, afin de comprendre ce qui se passe. En effet, le c½ur est une sorte de gros muscle composé de quatre cavités (deux oreillettes et deux ventricules), qui se contractent après avoir été excitées par un courant électrique naturel qui part des oreillettes en direction des ventricules. Quand tout va bien, les deux oreillettes se contractent juste avant les deux ventricules, au rythme de 60 à 90 battements par minute et cela permet au sang tout juste oxygéné d'être éjecté dans la circulation générale. Mais si le circuit électrique s'emballe (cas le plus fréquent) ou se bloque, des troubles du rythme apparaissent: dans ce cas, le c½ur ne joue plus correctement son rôle de pompe et l'éjection du sang oxygéné est perturbée. Un peu. Ou beaucoup.

De tous les troubles du rythme cardiaque, la fibrillation auriculaire est vraiment très fréquente après la soixantaine: 10

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant