C.Gourcuff revient sur la situation de Lorient

le
0
C.Gourcuff revient sur la situation de Lorient
C.Gourcuff revient sur la situation de Lorient

Christian Gourcuff, on vous a senti particulièrement touché après l'épisode Mario Lemina. Où en êtes-vous aujourd'hui ?Le constat est là. Il y a des aspects stratégiques au niveau d'un club, notamment financiers, qui ont des répercussions sur les aspects techniques. Et quand la communication entre les deux n'est plus très bonne, c'est évidemment le technique qui en pâtit. Cela signifie-t-il que votre départ de Lorient est inéluctable ?Non pas forcément, mais je suis en fin de contrat en fin de saison. On est dans une situation difficile au classement (18eme) donc ça peut même s'anticiper. J'ai d'autres collègues qui ont déjà été débarqués (Eric Hély et Daniel Sanchez). Il faut être réaliste. J'ai 58 ans aussi, je ne suis pas immortel, c'est quelque chose qu'il faut envisager. On vous compare un peu à Alex Ferguson. Etes-vous plutôt d'accord avec ça ?Disons que les projets de jeu et de philosophie se ressemblent. C'est l'histoire d'un club avec des valeurs qui lui ont permis d'en arriver là, sans prétention. Mais ça n'a pas été toujours facile. Il y a effectivement une histoire d'hommes et philosophie de jeu. Mais ça peut s'arrêter aussi. Ce serait dommage de quitter le club au moment où, avec l'Espace FCL, vous disposez d'un outil de travail exceptionnel?Evidemment, si je dois partir, j'aurai beaucoup de regrets de ne pas l'avoir eu avant. Après, on me pose des questions donc j'y réponds avec franchise et sincérité mais je n'hypothèque pas du tout l'avenir. Ce qui est évident c'est qu'il y a eu cette année un tournant dans l'évolution du club, dans la coordination et la communication.

« Est-ce qu'on me fait encore confiance ? »

Avez-vous toujours envie de rester là ?C'est une question de confiance avant tout. Est-ce qu'on me fait encore confiance ? Le mérite de cette affaire Mario Lemina est que ça a permis de mettre les choses à plat, de les exprimer. Maintenant, c'est plus facile de se positionner. Au-delà des aspects stratégiques sur lequel je ne suis pas d'accord, il y avait aussi une question de méconnaissance de la situation. Où en sont aujourd'hui vos relations avec Loïc Féry ?On s'est expliqué après le Mercato et chacun est resté sur sa position. Mais on n'est pas en guerre. Chacun fait son job. Moi je gère l'équipe, lui, il gère le club, bon pas au quotidien puisqu'il est à Londres, mais ça ne pose pas de problèmes particuliers. Auparavant, il n'y avait pas non plus une communication qui était quotidienne. Il a pu être blessé par mes propos mais moi aussi j'ai été blessé par ce qui s'est passé. C'est aussi simple que ça mais ce sont des choses de la vie.Qu'est-ce qui vous a le plus énervé ? Je pense qu'il y a eu une erreur fondamentale qui a été d'affaiblir l'équipe sur le plan technique. Et peut-être que le président ne s'est pas rendu compte de la valeur de l'effectif. On a un affaiblissement technique au détriment d'une situation financière positive. On est l'un des rares clubs à avoir une situation positive sur le plan financier. Mais ses problèmes de gestion ont aussi affaibli l'équipe. Lorient ne peut pas se permettre dans son budget 5M? de vente chaque année. Ce n'est pas possible !Vous avez évoqué des relations mafieuses dans le milieu du football. A qui pensiez-vous ?Je ne parle pas sur le football français car avec la DNCG qui contrôle les choses, on est plutôt surveillé. Même si les investisseurs étrangers qui sont arrivés font que tout le monde n'est pas logé à la même enseigne. Mais je pense que le Fair Play financier sera compliqué à appliquer. Après, on sait bien comment cela se passe à l'étranger avec des joueurs qui n'appartiennent pas à des clubs, mais à des systèmes que j'apparente à des systèmes mafieux. Ce n'est pas nouveau.

« On a perdu en un an des joueurs cadres comme Arnold Mvuemba ou Alaixys Romao »

La place de 18eme reflète-t-elle la vraie valeur de votre équipe ?J'espère que non. Je pense juste que l'effectif est déséquilibré. Ce n'est pas le problème de vendre un joueur comme Mario Lemina, qui est un très bon joueur et sera un joueur d'avenir, c'est surtout qu'au milieu de terrain, dans ce secteur de jeu, on a été dépouillé. Sans manquer de respect aux joueurs qui évoluent là au FC Lorient, on a perdu en un an des joueurs cadres comme Arnold Mvuemba ou Alaixys Romao qui est parti au Mercato d'hiver. A ce moment-là, cela nous a fait beaucoup de bien économiquement, c'est vrai, je l'ai admis. Mais celui de Mario Lemina, c'était de trop. On n'a plus de joueurs de ce profil-là.Pensez-vous que cette équipe a le niveau pour rester en Ligue 1 ?J'espère (sourire). Il faudrait déjà récupérer des blessés mais ce n'est peut-être pas le fruit du hasard, on a des garçons fragiles et c'est peut-être pour cela qu'ils sont à Lorient. Quand on voit un garçon comme Jérémie Aliadière qui avait eu un passage à vide de deux ans, on connaissait sa fragilité. L'an passé, il fait une saison extraordinaire et nous permet de terminer huitième. Alain Traoré, c'est un super joueur mais il est fragile aussi, il faut qu'il soit sur le terrain. Si on retrouve l'intégralité de l'effectif, je suis assez optimiste. On a fait des matchs intéressants avant Bastia. On ne méritait pas de perdre contre Marseille, et à Toulouse, on méritait mieux. On n'était pas non plus complètement à la rue mais il nous manque quelque chose pour transformer ses matchs-là en victoires.Pour terminer, est-ce que vous dormez bien malgré tous les entraîneurs qui sont limogés actuellement ?Je suis serein, ça ne s'entend pas non ? (rires). On fait un super métier, faut le vivre comme une passion. Je pense à Daniel Sanchez. Quand j'ai su qu'il avait été écarté, j'ai fait de l'analogie avec ce qu'il m'arrive même si le contexte est différent. Mais quand on a un certain âge, c'est plus facile à vivre.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant