C'était la Tchécoslovaquie

le
0
C'était la Tchécoslovaquie
C'était la Tchécoslovaquie

La Slovaquie et la République tchèque s'affrontent en amical ce mardi à Žilina. L'occasion de revenir sur l'histoire commune des deux pays entre 1920 et 1993, marquée par deux finales de Coupe du monde et une victoire en championnat d'Europe.

En 73 ans d'histoire, 67 si l'on exclut la parenthèse de la Seconde Guerre mondiale qui a vu la sélection mise en sourdine, l'équipe nationale de Tchécoslovaquie a écrit quelques pages glorieuses. Et un palmarès que plus d'un pays à l'histoire plus pérenne pourraient lui envier. Pour sa première compétition officielle en 1920, les Jeux olympiques d'Anvers, l'équipe de Tchécoslovaquie atteint brillamment la finale sous l'impulsion de l'attaquant du Slavia Prague, Jan Vanik. 7-0 contre la Yougoslavie, 4-0 contre la Norvège, puis 4-1 contre la France en demi-finale. Rien ne semble alors en mesure d'arrêter l'équipe d'Europe centrale, si ce n'est l'arbitre de la finale contre la Belgique, l'Anglais John Lewis.
Hockey et Panenka
Un penalty "généreusement " accordé, une expulsion sévère et un second but litigieux selon leur point de vue incitent les Tchécoslovaques à quitter le terrain à la 43e minute, en guise de protestation. Résultat, la plus belle équipe du tournoi est disqualifiée et repart à la maison sans la moindre breloque. Consolation pour le capitaine Karel Pešek, il remporte le bronze avec l'équipe tchécoslovaque... de hockey sur glace. Cette première compétition internationale profile bien le côté perdant magnifique qui sied si bien à cette sélection d'Europe centrale : deux finales de Mondial perdues, contre l'Italie en 1934, contre le Brésil en 1962, cette dernière faisant suite à une 3e place à l'Euro 60. Durant son âge d'or, la Tchécoslovaquie parvient néanmoins à décrocher le Graal, à l'Euro 1976 d'abord - où Antonín Panenka a immortalisé sa technique de tir des penalties en finale contre la RFA - et aux Jeux olympiques de Moscou 1980. Une période faste et éphémère, le dernier coup d'éclat de la sélection tchécoslovaque étant son quart de finale du Mondial 90, éliminée par un penalty du cruel Lothar Matthäus.
Les joueurs : Masopust, Nehoda, Panenka et Morav?ík
Star du Dukla Prague dans les années 50 et 60, Josef Masopust apparaît comme le plus grand joueur que la Tchécoslovaquie ait enfanté pour la simple et bonne raison qu'il est le seul à avoir remporté un Ballon d'or, en 1962. L'année même où ce milieu de terrain complet a emmené son équipe nationale en finale de la Coupe du monde, pour un match perdu contre le Brésil, malgré son ouverture du score au quart d'heure de jeu. Finaliste du Mondial 1934, Antonín Pu?...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant