« C'était dans l'air du temps »

le
0

Franck Passi veut remobiliser son groupe et bien finir la saison sur le banc de l’OM.

Franck Passi, comment s’est passée la prise de contact avec le groupe ? Le contact avec les joueurs, je l’ai depuis le début de la saison, il n’y a rien de spécial. Dans ces moments, on essaie de rechercher le positif. Notre seule intention, c’est de penser au match de demain contre Sochaux (mercredi). Croyez-vous encore à la possibilité de redresser la barre avant la fin de la saison ? On va tout tenter pour. On va transmettre des idées pour se relever et vérifier sur le terrain pour que ça s’applique. Il va falloir que les joueurs répondent mentalement à ce combat pour le maintien. Il y a des joueurs avec de la qualité et du talent, on arrivera à en tirer quelque chose si on s’unit. Il faut redorer la fierté du peuple marseillais. Avec Basile Boli, vous connaissez bien l’OM pour en avoir défendu les couleurs comme joueur. Est-ce un atout supplémentaire pour redresser la barre ? Les mots qu’on va employer vont les toucher. On a porté ce maillot quand l’équipe a eu de meilleurs résultats. On va essayer de leur faire comprendre que l’OM est un grand club qui a gagné la Coupe d’Europe. Si on l’a gagnée, c’est qu’on est un grand club. On va essayer de leur parler des valeurs qui vont avec. Comment abordez-vous le contexte tendu dans lequel vous allez vous retrouver ? La pression m’a toujours boosté. Quand j’ai eu la chance de découvrir ce club, je n’avais que dix-neuf ans et tout le monde parlait de pression. Mais elle me permet d’être calme et clairvoyant, j’espère que ça va continuer. Etes-vous franchement optimiste pour la fin de la saison ? Oui sinon, je pense que je serais parti en courant. J’espère qu’on va trouver un déclic dans la tête des joueurs pour révéler leur talent.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant