C'est scientifique : les SMS ne nuisent pas à la qualité de l'orthographe des adolescents

le
0
C'est scientifique : les SMS ne nuisent pas à la qualité de l'orthographe des adolescents
C'est scientifique : les SMS ne nuisent pas à la qualité de l'orthographe des adolescents

Le langage texto utilisé par les adolescents pour communiquer entre eux ne représenterait pas une menace pour l'orthographe. Ce serait même plutôt l'inverse puisque c'est leur niveau en Français qui déterminerait le type de fautes présent dans leurs SMS, selon une étude menée par des chercheurs du Centre de Recherche sur la Cognition et l'Apprentissage (CeRCA) et publiée dans le Journal of Computer Assisted Learning.Cette étude bouscule les idées reçues. Elle montre que lorsqu'un adolescent commence à écrire en langage SMS, c'est son niveau en orthographe qui détermine la forme des textos envoyés. Lorsque la pratique des SMS est installée, au bout d'un an environ, il n'existe alors plus aucun lien entre le niveau en orthographe et la forme des SMS.

L'étude a mis en avant la densité de "textismes", définie par le nombre de changements dans la forme orthographique d'un mot par rapport à l'écrit traditionnel divisé par le nombre de mots contenus dans le SMS. Or, sur plus de 4.500 SMS étudiés, les chercheurs ont relevé en moyenne 52% de mots contenant des "textismes", les 48% restants étant écrits selon les règles traditionnelles.

Contrairement aux craintes souvent exprimées par les parents ou les professeurs, ce sont même les bons élèves en orthographe qui font le plus de "textismes" en rupture avec le code traditionnel (exemples : jme, o, 2min, cc, les smileys) et les moins bons qui en font le moins. Cette étude conclut donc que les SMS ne sont pas une menace pour le niveau en orthographe à l'école, mais simplement une occasion nouvelle et ludique de pratiquer l'écrit.

Cette étude a été menée sur 4.524 SMS produits par 19 jeunes adolescents français, âgés de 12 ans, qui n'avaient jamais possédé ou utilisé de téléphone mobile avant le début de l'étude. Leurs SMS ont été recueillis par les chercheurs du Centre de Recherche sur la Cognition et l'Apprentissage (CNRS/Université de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant