C'est quoi un recrutement Ligue des champions ?

le
0
C'est quoi un recrutement Ligue des champions ?
C'est quoi un recrutement Ligue des champions ?

Arriver en Ligue des champions, c'est beau. Y rester, c'est fort. Et comme tous les clubs n'ont pas la même force de frappe financière, le "recrutement Ligue des champions" ne veut pas forcément dire la même chose qu'on soit un émir arabe ou un ch'ti lensois.

Mode "ancien nouveau riche" : Monaco


On a longtemps cru que Monaco allait devenir le Chelsea français. Sauf qu'avec le fair-play financier ainsi qu'un divorce douloureux, Dmitri Rybolovlev a revue sa copie. Son ASM ne pourra pas maintenir sa politique de recrutement de stars, il faut plutôt copier le FC Porto et sa capacité à réaliser des plus-values. D'où les départs de James Rodríguez (Real Madrid), Radamel Falcao (Manchester United) ou encore Éric Abidal (Olympiakos) au moment d'aborder la Ligue des champions. Une saignée qui n'a pas forcément été synonyme de manque d'ambition, les Monégasques ayant atteint les quarts de finale avec pour seules recrues les jeunots Tiémoué Bakayoko (Rennes), Bernardo Silva (Benfica) et Wallace (Braga). Grâce à sa 3e place en Ligue 1, l'ASM pourrait même remettre le couvert, à condition de passer les deux tours de barrages qui l'attendent.

Mode "nouveaux riches" : Chelsea, Manchester City et Paris


Quand on a beaucoup d'argent, voir son club de football décrocher une place en Ligue des champions est un moment de grande jouissance. Roman Abramovitch a lancé la mode à l'été 2003 à Chelsea. Ses Blues qualifiés au bénéfice d'une 4e place en Premier League - obtenue avant le rachat -, le milliardaire russe se lâche : Claude Makelele et Geremi (Real Madrid), Adrian Mutu (Parme), Hernán Crespo (Inter Milan), Joe Cole (West Ham), Damien Duff (Blackburn), Wayne Bridge (Southampton) ou encore Juan Sebastián Verón (Manchester United) débarquent à Stamford Bridge. Le résultat n'est pas forcément conforme aux attentes du big boss - 2e de Premier League, demi-finaliste de la C1 contre Monaco -, mais constitue la première pierre du solide édifice londonien aujourd'hui.

Huit saisons plus tard, Manchester City a adopté une politique comparable grâce à la générosité d'Abu Dhabi en recrutant Samir Nasri et Gaël Clichy (Arsenal), Kun Agüero (Atlético Madrid) ou encore Stefan Savić (Partizan). Avec pour conséquence un titre de champion d'Angleterre, mais un fiasco européen, les Citizens étant reversés en Ligue Europa, où le Sporting Portugal les sort sans gloire. L'année suivante, fort d'une première saison d'investissements qataris, le PSG a quant à lui découvert la C1 avec sa campagne de recrutement la plus spectaculaire : Ezequiel Lavezzi (Naples), Thiago Silva…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant