C'est quoi le problème avec Destro ?.

le
0
C'est quoi le problème avec Destro ?.
C'est quoi le problème avec Destro ?.

Décisif et beau joueur, Mattia Destro a toutes les armes pour devenir le nouvel attaquant phare de sa génération. Seulement voilà, devant lui, il y a Totti, Balotelli et quelques autres arbres qui cachent la forêt.Il claque des volées de 40 mètres, met des mandales à Davide Astori, des triplés à Cagliari, et peut aussi marquer treize buts en vingt matchs après s'être pété le genou gauche. Mais aussi prometteur et doué qu'il puisse paraître, Mattia Destro, 23 ans, ne semble pas être forcément dans les plans de son coach Rudi Garcia, ni de son sélectionneur Antonio Conte. Un statut de joker de luxe qui ne fait pas vraiment les affaires du natif d'Ascoli Piceno, qui déclarait à La Gazzetta le mois dernier : "L'entraîneur fait ses choix. Je ferai les miens à la fin de la saison. Certaines personnes parlent avec leur voix, moi je parle sur le terrain. Je cherche à marquer des buts, quand j'ai l'occasion de le faire." Traduction : "Si tu veux pas me faire jouer davantage, je me tire !" Amer, le jeune Italien a quelques raisons de l'être. Surtout quand on se penche trente secondes sur son ratio buts/minutes jouées avec la Roma (17 buts en 23 matchs de Serie A depuis son retour en mars, soit un toutes les 102 minutes environ) et sur la méforme relative de Francesco Totti à la pointe de l'attaque giallorossa. Mais les stats, Rudi Garcia s'en moque. À Rome, le patron de l'attaque a 38 ans, porte le numéro 10 depuis toujours, et n'a pas l'intention de se faire marcher dessus par un môme de 23 ans.
Tant qu'il y aura Totti...
On peut néanmoins reconnaître une certaine forme de malchance à Mattia Destro. Depuis son arrivée dans la capitale italienne en juillet 2012 et son départ de Sienne (où il avait d'ailleurs excellé avec 12 buts en 30 matchs à seulement 20 ans), le "bomber" n'a jamais pu disputer plus de 21 matchs de championnat sans se faire bouffer par les blessures ou les suspensions. Et quand, enfin, il retrouve le chemin des terrains, enfile les buts et se permet même quelques assists bien sentis, son entraîneur n'en fait toujours pas un titulaire indiscutable. Pénible, surtout quand le sélectionneur se met à faire de même. À quelques jours du match au sommet face aux Croates de Niko Kova?, Antonio Conte a rendu une première liste de 26 joueurs dans laquelle figuraient les noms de Mario Balotelli, Simone Zaza, Graziano Pellè, mais pas celui de Mattia. Un scandale pour certains, un choix incohérent pour d'autres. Alors, concrètement, peut-on parler d'un plan anti-Destro ?

Que les tifosi se rassurent, le numéro 22...



Il claque des volées de 40 mètres, met des mandales à Davide Astori, des triplés à Cagliari, et peut aussi marquer treize buts en vingt matchs après s'être pété le genou gauche. Mais aussi prometteur et doué qu'il puisse paraître, Mattia Destro, 23 ans, ne semble pas être forcément dans les plans de son coach Rudi Garcia, ni de son sélectionneur Antonio Conte. Un statut de joker de luxe qui ne fait pas vraiment les affaires du natif d'Ascoli Piceno, qui déclarait à La Gazzetta le mois dernier : "L'entraîneur fait ses choix. Je ferai les miens à la fin de la saison. Certaines personnes parlent avec leur voix, moi je parle sur le terrain. Je cherche à marquer des buts, quand j'ai l'occasion de le faire." Traduction : "Si tu veux pas me faire jouer davantage, je me tire !" Amer, le jeune Italien a quelques raisons de l'être. Surtout quand on se penche trente secondes sur son ratio buts/minutes jouées avec la Roma (17 buts en 23 matchs de Serie A depuis son retour en mars, soit un toutes les 102 minutes environ) et sur la méforme relative de Francesco Totti à la pointe de l'attaque giallorossa. Mais les stats, Rudi Garcia s'en moque. À Rome, le patron de l'attaque a 38 ans, porte le numéro 10 depuis toujours, et n'a pas l'intention de se faire marcher dessus par un môme de 23 ans.
Tant qu'il y aura Totti...
On peut néanmoins reconnaître une certaine forme de malchance à Mattia Destro. Depuis son arrivée dans la capitale italienne en juillet 2012 et son départ de Sienne (où il avait d'ailleurs excellé avec 12 buts en 30 matchs à seulement 20 ans), le "bomber" n'a jamais pu disputer plus de 21 matchs de championnat sans se faire bouffer par les blessures ou les suspensions. Et quand, enfin, il retrouve le chemin des terrains, enfile les buts et se permet même quelques assists bien sentis, son entraîneur n'en fait toujours pas un titulaire indiscutable. Pénible, surtout quand le sélectionneur se met à faire de même. À quelques jours du match au sommet face aux Croates de Niko Kova?, Antonio Conte a rendu une première liste de 26 joueurs dans laquelle figuraient les noms de Mario Balotelli, Simone Zaza, Graziano Pellè, mais pas celui de Mattia. Un scandale pour certains, un choix incohérent pour d'autres. Alors, concrètement, peut-on parler d'un plan anti-Destro ?

Que les tifosi se rassurent, le numéro 22...



...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant