C'est quoi, encore, cette affaire Deschamps ?

le
0
C'est quoi, encore, cette affaire Deschamps ?
C'est quoi, encore, cette affaire Deschamps ?

Alors que l'affaire Benzema vient à peine de se clore, c'est au tour de Didier Deschamps d'apparaître dans la chronique judiciaire. En cause : les conditions de son départ de l'OM pour le poste de sélectionneur des Bleus. On fait le point.

Voilà un gros cheveu dans la soupe des Bleus. Le Journal du Dimanche n'a pas hésité à donner quelques sueurs froides à Didier Deschamps, qui devait profiter d'un paisible week-end, sûrement l'un des derniers sans véritable stress à quelques semaines de la préparation pour l'Euro 2016. Le journal dominical affirme ainsi que, depuis le 7 décembre dernier, le sélectionneur de l'équipe de France est sous le coup d'une "ordonnance de commission d'expert" en raison d'une transaction versée en sa faveur, lors de son départ de l'Olympique de Marseille. Une procédure est engagée par le juge Guillaume Cotelle, en charge de l'enquête sur l'affaire des 18 transferts frauduleux du club phocéen. Deux points seraient à éclaircir selon lui :
- Quel a été le salaire perçu annuellement par Didier Deschamps pour savoir si les sommes versées par le club sont proportionnelles à ce qui est annoncé dans un premier temps.
- Ensuite, savoir si l'ex-entraîneur de l'OM a versé des indemnités de départ à son ancien club.

Deschamps à son tour inquiété par une affaire

Accord à sens unique


L'expertise demandée par le juge ne s'attarde pas sur la somme touchée par Didier Deschamps quelques jours avant son élection au poste de sélectionneur, mais plutôt sur le fait que l'ex-coach marseillais n'a pas eu à payer quoi que ce soit pour s'extraire de son contrat courant jusqu'en 2013, comme l'explique Gautier Kertudo, avocat en droit du sport et droit du travail : "Normalement quand une partie met fin au CDD, il doit payer le préjudice du fait de la fin prématurée du contrat. Là, au contraire Didier Deschamps démissionne et il prend de l'argent". D'où les soupçons d'abus de biens sociaux lancés envers le champion du monde 1998, qui aurait dans ce cas accepté une grosse somme d'argent, tout en sachant qu'il s'agissait là d'une enveloppe illégale. Un "parachute doré" qui devrait tourner autour des 900 000 euros, comme l'a avoué le président de l'OM, Vincent Labrune, dans un procès-verbal récupéré par le…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant