C'est quoi ce bordel au PSB Foot ?

le
0

Poubelles brûlées près du stade. Voitures incinérées aux alentours du centre sportif. Détritus laissés à l'abandon dans l'enceinte. Pelouse brûlée et taguée. Vols dans les vestiaires. Lancers de caillasses sur les supporters pendant un match. Agression d'un joueur visiteur. Coups et insultes envers le gardien du complexe. Et maintenant, incendie du chalet. Mais bordel, qu'est-ce qui se passe au PSB Foot de Besançon ?

Une histoire sans fin. Depuis février dernier, le club, qui n'a jamais fait de vagues, est assez inexplicablement victime d'un nombre fou d'incidents. Samuel Kennel, son président de 33 ans, semble littéralement blasé par les récents événements et déplore cette situation : "Il y a un vrai climat d'insécurité autour du stade. Et ça impacte directement nos finances. Le gars de l'équipe adverse qui s'est fait agresser a évidemment porté plainte contre nous, on s'est donc pris un match à huis clos. L'incendie du chalet, qui a eu lieu dans la nuit du 8 au 9 juillet, est la goutte qui fait déborder le vase." Outre la perte du chalet, le club a également perdu les objets qui étaient entreposés à l'intérieur : une pompe à bière, une crêpière, des écharpes et d'autres marchandises. C'est plus de 1000 euros qui sont partis en fumée. Et pour une formation amateur, c'est une belle somme.

Le PSB, victime collatérale


Mais qui peut donc en vouloir à ce petit club amateur, qui évolue en Ligue régionale 2 (l'équivalent de la septième division) ? Comment expliquer ces actes de vandalisme et ces comportements indignes ? "Ce sont des actes gratuits", rassure Abdel Ghezali, adjoint au maire chargé des sports de Besançon. "Ce n'est pas le club de football en lui-même qui est visé. Seulement, le complexe sportif est placé en cœur du quartier Saint-Claude, un endroit qui bouge, mais qui cristallise les problèmes et les difficultés." Dans le quartier Sainte-Claude, toutes les classes sociales se mélangent, qu'il s'agisse de familles en difficulté ou non. Forcément, comme dans tous les coins semblables, des gamins de treize à vingt ans un peu paumés tuent le temps à faire quelques conneries.

"On les connaît, on les voit régulièrement", développe Abdel Ghezali. "Ils viennent du quartier et aiment bien jouer au chat et à la souris avec nous. Excusez-moi l'expression, mais ce sont ce que j'appelle des "petits cons" : ils entrent dans les vestiaires sans autorisation, ils laissent traîner des détritus, ils squattent Certains sont déscolarisés. Il y en a même un ou deux qui sont passés brièvement par le club." Du coup, le PSB foot n'est qu'une victime lambda des jeunes adolescents. D'ailleurs, le club n'a rien à se reprocher. Aucune embrouille avec les jeunes de Besançon n'a été recensée, confirment les MJC de la ville…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant