C'est qui le plus fort, le lion ou l'éléphant?

le
0
C'est qui le plus fort, le lion ou l'éléphant?
C'est qui le plus fort, le lion ou l'éléphant?

Décevants lors de leurs deux premiers matchs, Cameroun et Côte d'Ivoire se disputent ce soir une qualification pour les quarts de finale. Entre dissensions internes, niveau de jeu en berne et terrains rapiécés, un poids lourd du continent va tomber.

-Pour ceux qui en doutent encore, le lion, c'est quand même très très fort. Pour s'en assurer, il suffit de se plonger dans la conférence de presse de mardi matin, délivrée par Volker Finke devant un parterre de carnivores aux crocs acérés. Agressifs, ces derniers ne tardent pas à attaquer : "coach, vous lisez certainement la presse camerounaise et vous êtes au courant que la plupart des Camerounais vous détestent. Si le Cameroun est éliminé, est-ce que vous allez finalement démissionner ou est-ce que vous allez attendre qu'on vous chasse ?". Au milieu de la tourmente, Stéphane Mbia en prend lui aussi pour son grade, en référence à une embrouille présumée à l'entraînement avec le lyonnais Clinton Njie, depuis boycotté. " En fait vous n'avez pas l'impression que le problème de ce groupe du Cameroun, c'est vous Stéphane M'Bia ? ". Dure adversité, mais un lion indomptable sait gérer. "Non, je ne crois pas. Vous dites ça alors qu'on est très sereins dans la tanière, ça se passe bien. L'important ce sont les résultats et je ne pense pas que le problème ce soit M'Bia" a expliqué le roi de la savane, avant de laisser la parole au boss allemand, accusé de tout lui céder : "Arrêtez de bavarder ! C'est moi qui fait l'équipe, vous faites beaucoup de bruit dans vos papiers mais je ne fais pas un vote pour savoir qui joue. J'ai préféré (ndlr : à Clinton Njie) Salli et Moukandjo qui ont fait des très bons matches. C'est tout. Je travaille tous les jours avec les joueurs, je crois que je les connais."


Solide sur ses jambes, bien sur ses appuis, le lion vit sur ses acquis. En l'occurrence, des qualifications réussies, où les Camerounais ont triomphé de la Sierra Leone et de la RDC, en plus de bouffer du pachyderme à Yaoundé. Une victoire 4-1 en bonne et due forme, avec des doublés d'Aboubakar et Njie. De quoi envisager la suite avec sérénité Seulement, entre préparation physique tronquée et choix tactiques policés, les deux premiers matchs de poules ont été poussifs. Au centre des critiques, Volker Finke n'a encore utilisé que 14 joueurs sur les 23 sélectionnés, snobant de fait certains éléments décisifs pour la qualification. Tendue comme jamais,...



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant