C'est pas moi, c'est le Mossad !

le , mis à jour le
2
Le Premier ministre israélien et sa photo détournée sur Twitter.
Le Premier ministre israélien et sa photo détournée sur Twitter.

Figurez-vous l?imbroglio suivant : la veille, vous aviez déposé vos chaussures au pied de votre lit, comme d?habitude. Pour autant, impossible de mettre la main sur la deuxième au réveil. Agaçant ? « Harcèlement », garantit Asghar Bukhari, le cofondateur du Conseil musulman des affaires publiques au Royaume-Uni. Victime d?une mésaventure cocasse dans la nuit de jeudi à vendredi, l?activiste s?est ridiculisé dès le lendemain en proclamant sur Facebook que des sionistes s?étaient introduits dans son appartement pour lui dérober ledit soulier. Sans oublier de chaparder ses pantoufles au passage.

« Les sionistes essayent-ils de m?intimider ? Quelqu?un est entré chez moi hier, alors que je dormais. J?ignore comment ils sont entrés, mais ils n?ont pas forcé la serrure. La seule chose qu?ils ont emportée, c?est une chaussure. Maintenant, réfléchissez à cela : ils n?ont pris qu?une seule chaussure. Ils n?en ont laissé qu?une pour m?indiquer que quelqu?un était passé par là? Évidemment, je ne peux rien prouver, ça fait partie du mécanisme d?intimidation. »

Asghar Bukhari a exhorté les internautes à partager son étonnante publication ? supprimée depuis ? sur le réseau social. Mais l?activiste n?a sans conteste pas obtenu les réponses qu?il aurait pu espérer. En quelques heures, les satiriques hashtags #MossadStoleMyShoe (littéralement « Le Mossad a volé...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le jeudi 18 juin 2015 à 17:33

    un peu d'humour permettra à netamiaou de penser à autre chose qu'aux iraniens avec un couteau nucléaire entre les dents ! Le ridicule ne tue pas et il détend

  • cidem le jeudi 18 juin 2015 à 15:08

    Mieux vaut en effet détourner la photo de nethanyaou. L'original est celle où il montre un dessin de classe maternelle pour annoncer la fin imminente de l'humanité. à cause de l'Iran.