C'est "l'heure de vérité" pour Hollande, estime Bayrou

le
0
FRANÇOIS BAYROU JUGE QUE L'HEURE DE VÉRITÉ EST VENUE POUR FRANÇOIS HOLLANDE
FRANÇOIS BAYROU JUGE QUE L'HEURE DE VÉRITÉ EST VENUE POUR FRANÇOIS HOLLANDE

PARIS (Reuters) - L'heure de vérité est venue pour François Hollande qui doit s'exprimer dimanche à la télévision quatre mois après son arrivée à L'Elysée, estime François Bayrou, qui appelle le chef de l'Etat à "s'élever au niveau historique de ses responsabilités."

François Hollande est l'invité ce dimanche soir du journal de 20 heures de TF1, une intervention condamnée à être forte pour rassurer un pays qui a pris la mesure de la crise économique.

Dans un entretien au Journal du Dimanche, le président du MoDem, qui s'exprime pour la première fois après sa double défaite aux élections législatives et présidentielle, confie attendre du chef de l'Etat qu'il fasse preuve de responsabilité.

"Sa responsabilité, ce soir, c'est de dire aux Français où ils vont aller ensemble et comment ils y iront", déclare le leader centriste, qui est arrivé cinquième de l'élection présidentielle avec 9,13% des voix. "Sa responsabilité est de leur faire sentir que le progrès passe par le courage. Et qu'il n'est pas, en proposant le cap de l'espoir par l'effort, l'homme d'un camp, mais l'homme du pays tout entier."

L'intervention télévisée du chef de l'Etat constitue "la première heure de vérité pour lui. Son quinquennat commence ce soir", poursuit l'ancien député des Pyrénées-Atlantiques, qui qualifie "d'enjeu historique" l'effort budgétaire évoqué par François Hollande pour équilibrer les comptes.

"Jusqu'à maintenant, il était un président élu, il lui reste à devenir un président de la République de plein exercice. Il doit s'élever au niveau historique de ses responsabilités. Il en a les capacités intellectuelles. Il lui faudra le caractère."

Interrogé sur le début du mandat du chef de l'Etat, François Bayrou estime que François Hollande "a su créer un climat moins tendu, moins virulent, moins crispé, et c'est nécessaire dans un pays en crise."

Il salue également le rééquilibrage du "jeu européen européen" opéré par le chef de l'Etat "en réintroduisant l'Italie et dans une moindre mesure l'Espagne dans la discussion." Il déplore toutefois le nombre trop important de ministres au sein du gouvernement et l'absence "de cap".

A l'issue des élections, François Bayrou avait annoncé qu'il resterait à la tête du MoDem mais qu'il se mettrait en retrait de la vie politique pendant quelques mois afin de "visiter le pays du silence".

"Ce recul était bienfaisant. Cela permet de décanter, de se réparer, et de voir l'essentiel. L'essentiel est là devant nous, c'est la situation extrêmement dégradée, terriblement inquiétante, de la France", souligne l'ancien député qui refuse toujours de se situer dans la majorité ou dans l'opposition.

Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant