C'est Jussiê un au revoir

le
0
C'est Jussiê un au revoir
C'est Jussiê un au revoir

C'est désormais une certitude. Près de dix ans après son arrivée à Bordeaux, Jussiê va quitter la Gironde libre. Dans une indifférence quasi générale qui met un peu mal à l'aise, à l'heure des mercenaires rois.

En mai 2011, Eric Bédouet offrait à Ulrich Ramé une standing ovation bien méritée, en le remplaçant par Cédric Carrasso face à Montpellier, pour sa dernière à Bordeaux en tant que joueur. Un traitement auquel n'a pas eu droit Jussiê Ferreira Vieira. Le 11 mai dernier à l'occasion de la réception sans enjeu du Paris Saint-Germain, ce même Ulrich Ramé décidait que le Brésilien serait son 19ème homme, celui qu'on invite à regarder la rencontre depuis les tribunes. Après neuf saisons et demi passées aux Girondins, il était décidé que l'attaquant aux 45 buts en 251 matchs pour les Girondins quitterait Bordeaux sans applaudissements. Un ultime coup dur, pour le joueur de 32 ans dont la carrière bordelaise fut tout sauf un long fleuve tranquille.

Passion kiné


Au cours de ces presque dix saisons passées en Gironde, Jussiê n'aura passé qu'une seule fois le cap des 20 titularisations en Ligue 1. C'était en 2010-2011. Une irrégularité qu'un des joueurs les plus talentueux de notre championnat doit essentiellement à des blessures à répétition. En novembre 2010, pensant être débarrassé de ses pépins de santé, il en plaisantait même, en déclarant sur le site officiel des Girondins avoir " été passionné par la kinésithérapie, à l'époque où j'étais souvent blessé ". Malheureusement, son corps le trahira à nouveau à de nombreuses reprises. Et celui qui déclarera plus tard " jouer essentiellement en pensant à ne pas se blesser " multipliera les séjours à l'infirmerie, entre rechutes et blessures sérieuses. Dont celle, la plus grave, intervenue en juillet 2014. Lors d'une banale opposition à l'entraînement, ses ligaments croisés du genou droit craquent. Et le contraignent à vivre une saison blanche.

Jussiê : " Je n'irai pas en Équipe de France "
En plus de ses problèmes physiques, Jussiê, que Jean-Louis Triaud a trop souvent essayé de faire passer pour une " recrue " auprès des supporters, c'est à dire à chaque retour de blessure du Brésilien, a également dû faire face à une autre difficulté : celle de se fixer à un poste. Attaquant de pointe ou de soutien, ailier, meneur de jeu ou relayeur, l'ancien Lensois aura été baladé à tous les…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant