C'est Jérôme !

le
0
C'est Jérôme !
C'est Jérôme !

Très justement élu homme du match nul entre l'Allemagne et la Pologne (0-0), Jérôme Boateng a une nouvelle fois prouvé qu'il était l'un des meilleurs défenseurs du monde.


Le 6 mai 2015, George Clooney avait beau fêter son anniversaire, le seul épisode d'Urgences proposé par la télévision internationale est un inédit en direct de Barcelone. Venus supporter leur FC Barcelone, les supporters présents au Camp Nou assistent au prélèvement de rein de Lionel Messi sur Jerôme Boateng. Mis à terre par le crochet de l'extraterrestre, le défenseur allemand est mis sous terre par le web. A une époque où le football se vit essentiellement sur les réseaux sociaux, le tsunami est inévitable. La vidéo fait le tour du monde et les détournements se multiplient. Boateng qui tombe dans un cratère, Boateng plaqué par un catcheur, Boateng abattu par un sniper. Certains joueurs sont nés sur YouTube, le Bavarois lui, semble y mourir au soir de cette demi-finale aller de Ligue des Champions. Pourtant un plus tard, l'Allemand a prouvé toute sa force de caractère et surtout son talent. Car si on compilait les soirs comme ce jeudi, où Jérôme a dégusté Lewandowski et Milik, les serveurs des hébergeurs de vidéo pourraient bien tomber en rade.

Le quatrième salopard


Un parmi tant d'autre à s'être fait croquer par l'épouvantail Messi, Boateng est pourtant un défenseur unique. Dans un Euro jusqu'ici défensif, où les " trois salopards " italiens, Chiellini, Bonucci et Barzagli, ont mené la vie dur à la Belgique, le Berlinois est à sa place. A son aise, que ce soit aux côtés de Mustafi ou de Hummels, l'ancien de Manchester City compile des qualités assez impressionnantes. Costaud au duel, excellent à la relance où son jeu long n'est d'ailleurs pas sans rappeler celui de Bonucci, l'Allemand de 27 ans brille aussi par son intelligence tactique Ce jeudi soir, il a récupéré 18 ballons, passé avec 95% de réussite en jouant très haut, gagné 100% de ses duels aériens et surtout, il a alterné le jeu dur et le placement impeccable pour s'occuper du cas de son coéquipiers Robert Lewandowski. Dans un match où les actions défensives ont été plus impressionnantes que les phases d'attaque, son coup d'oeil et sa réactivité pour mettre le neuf polonais…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant