" C'est impossible de ne pas aimer Bielsa "

le
0
" C'est impossible de ne pas aimer Bielsa "
" C'est impossible de ne pas aimer Bielsa "

Un rendez-vous avec Javier Zanetti est un privilège. L'ex-numéro 4 et actuel vice-président de l'Inter est tranquille dans son bureau, et il sourit avec sa tête de jeune mec qui ne connaît pas le poids du temps. À la moitié de l'interview, il se lève et prend un petit snack au chocolat, parce qu'il mange toujours quelque chose à la mi-matinée, même s'il admet qu'il doit encore amener le mate sur son bureau. Jolie réunion avec un Argentin très ponctuel qui, au premier rendez-vous avec son actuelle femme, était parti après avoir attendu trois quarts d'heure…

Où l'as-tu attendu autant de temps au fait ? C'était devant la gare de Remedios de Escalada, l'endroit où Paula (sa femme) était née et où elle vivait, à côté du stade de Talleres, où je jouais à l'époque.

En revanche, maintenant vous êtes mariés. Est-ce que le fait que ta femme soit aussi une sportive (elle jouait au basket) t'a aidé dans ta carrière de footballeur ? Bien sûr. On s'est connus quand j'avais 19 ans et elle 14, donc on a grandi ensemble en tant que sportifs. Elle comprenait bien ce que je ressentais, et ça a été fondamental dans mon développement.

Au fait, ça fait déjà plus de vingt ans que vous habitez en Italie, et t'es tellement intégré dans la réalité italienne que tu manges des pâtes deux fois par jour… Oui, ici, c'est un deuxième chez moi, quoi. Les pâtes, c'est trop bon ! J'ai la chance que mon métabolisme ne me fasse pas grossir, et je continue à m'entraîner, car j'aime le faire et ça me fait du bien.

En revanche, ici, la viande n'est pas la même qu'en Argentine. C'est quoi ton morceau de bidoche favori ? La tira (morceau de côte de bœuf en longues tranches). On avait pris l'habitude, ici, de se faire plein de barbecues avec mes coéquipiers argentins. Walter Samuel était le cuisinier, le grand chef de la parrilla.

« Diego Simeone à la tête de la sélection nationale ? Évidemment, mais pas maintenant. Mais dans le futur, pourquoi pas, ça serait quelque chose de mérité pour lui. »Javier Zanetti
Qu'est-ce qui te manque le plus de l'Argentine ? Heureusement, le dulce de leche est en train d'arriver, mais les alfajores (biscuits au chocolat avec du dulce de leche), c'est compliqué de les trouver. En revanche, en Espagne, c'est facile. Il y a une boulangerie argentine, juste en face de la Ciudad Deportiva de l'Atlético Madrid, qui a tout ce qui me manque de l'Argentine, mais ici en Italie, on n'en trouve pas, et je ne sais pas si ça marcherait.

En parlant de l'Atlético…











Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant