« C'est important cette oasis de fraîcheur »

le , mis à jour à 10:29
0
« C'est important cette oasis de fraîcheur »
« C'est important cette oasis de fraîcheur »

« Bienvenue dans notre réfrigérateur ! » lance en rigolant Patrick Richard dans la maison de retraite Alquier-Debrousse, à Paris (XXe). Et en effet, dès qu'on pousse le double battant de la porte, la température chute à 21°C, quand sur la terrasse notre thermomètre affiche presque 41. Dans ce grand salon aux murs recouverts de livres, trônent deux pianos. Robe élégante et beau regard bleu, Thérèse Iung s'est prélassée hier toute l'après-midi dans la pièce climatisée : « Jeux de cartes, musique et discussion entre copains. C'est simple, tout se passe ici aujourd'hui », explique la dame de 83 ans originaire de Vincennes (Val-de-Marne). L'espace est mis à disposition des résidents et des personnes qui le souhaitent depuis le déclenchement du niveau 3 du plan canicule hier matin*. Une mesure créée après la dramatique canicule de 2003 qui avait causé 15 000 décès, surtout parmi les plus de 65 ans. « Il faut avouer que je supporte moins les fortes températures que dans ma jeunesse », poursuit Thérèse en souriant.

 

« Lorsque nous passons dans les appartements entre 11 heures et 18 heures, nous invitons nos résidents à descendre, sans jamais les forcer », explique Dorothée Claude la directrice adjointe de l'Ehpad (établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). C'est aussi l'occasion pour le personnel de rappeler aux seniors de bien s'hydrater. « C'est capital car les personnes âgées ne sentent pas toujours qu'elles ont soif », précise la professionnelle.

 

Patricia, une visiteuse qui passe voir sa « petite maman », Anna 87 ans est parée : « Moi, j'ai la totale : le brumisateur, la bouteille d'eau fraîche et le sirop pour faire boire encore plus d'eau, précise-t-elle en montrant son grand cabas. C'est important cette oasis de fraîcheur, la chaleur épuise les personnes âgées. »

 

Des salles ouvertes aux personnes extérieures

 

Au milieu des ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant