C'est dans l'ouest de la France que la pénurie de beurre est la plus forte

le
0

Depuis près d'un mois, il est difficile de trouver du beurre dans les grandes surfaces. En cause, des tensions entre industriels et distributeurs sur fond de guerre des prix. L'ouest de la France est davantage touché par la «pénurie» que le sud.

Trouver du beurre est difficile dans les grandes surfaces. Depuis plusieurs semaines, un conflit oppose les industriels aux distributeurs. En cause, la grande distribution n'achèterait pas plus cher le beurre aux industriels, alors que le cours de celui-ci flambe sur le marché mondial depuis plusieurs mois. Les industriels ont donc décidé de rationner les grandes surfaces et de se tourner notamment vers les marchés étrangers, plus rémunérateurs.

Contactée par Le Figaro, l'Association de la transformation laitière française (ATLA) glisse que «la pénurie est sans doute plus forte dans l'Ouest, et notamment en Bretagne, grande consommatrice de beurre, que dans le sud de la France». Pour rassurer les Français, le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Stéphane Travert a souligné, ce matin, sur la radio RTL «qu'il n'y a pas de pénurie à proprement parler» et que «la crainte de la pénurie créée la pénurie». Une manière de rappeler aux consommateurs qu'il ne faut pas changer ses habitudes, sous peine de créer une pénurie encore plus importante.

Une situation «inédite»

Une étude du cabinet Nielsen, spécialisé dans les études de consommation a montré, ce week-end, comment les «achats de précaution des consommateurs» ont contribué à forger cette situation. Les ruptures de stocks constatées en grandes surfaces sont dues «à une forte hausse de la demande qui atteint +19% en volume durant la semaine du 16 au 22 octobre, par rapport à la même semaine de 2016», selon Nielsen.

Pour le ministre, ce manque de beurre provient d'un blocage sérieux entre industriels et distributeurs. «C'est une situation inédite, il y a une forme de blocage entre les transformateurs et les distributeurs», a-t-il reconnu ce matin à la radio. «Je ne peux être que contre cette guerre des prix», a-t-il ajouté.

» LIRE AUSSI - Pourquoi vous ne trouvez plus de beurre dans votre grande surface

Il y a quelques jours, Gérard Calbrix, chef du service économique de la Fédération Nationale de l'Industrie Laitière déclarait au Figaro: «Les distributeurs refusent de passer ces hausses. Les fournisseurs ont donc arrêté de les livrer. Nous avons coupé la livraison de beurre pour les marques distributeurs. Nous avons donné la priorité aux fabricants de beurre, aux marques en propre, qui se sont montrées plus flexibles.» Le spécialiste poursuit: «Nous avons connu des situations ubuesques où des artisans venaient acheter leurs plaquettes de beurre en grande surface car les prix étaient moins élevés qu'en passant par les grossistes.»

Une demande mondiale en hausse

Chaque année, les prix sont négociés une fois par an, en février. Or depuis février 2017, ces derniers ont doublé. Depuis avril 2016 jusqu'à septembre 2017, le prix du beurre industriel est passé de 2500 euros la tonne en avril 2016, à près de 8000 euros la tonne fin septembre. Cette hausse des tarifs s'explique par un intérêt croissant du continent asiatique pour le beurre. Parallèlement, une étude américaine, publiée par la Tufts university en juin 2016, avait contribué à relancer l'intérêt des Américains. L'étude montrait que «le beurre ne semble être ni nocif, ni bénéfique» pour la santé, notamment par rapport aux maladies cardio-vasculaires.

» LIRE AUSSI - La crise du beurre «illustre les dysfonctionnements de la grande distribution»

(Avec AFP)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant