Bygmalion : une ex-cadre de l'UMP réclame 200 000 euros à son parti

le
0
Bygmalion : une ex-cadre de l'UMP réclame 200 000 euros à son parti
Bygmalion : une ex-cadre de l'UMP réclame 200 000 euros à son parti

Licenciée en pleine affaire Bygmalion, l'ancienne directrice des ressources de l'UMP réclame 200.000 euros au parti. Selon RTL, Fabienne Liadzé estime qu'on lui a fait porter le chapeau et que son travail n'était pas de vérifier si les factures des meetings de 2012 étaient truquées ou non. L'audience aux prud'hommes aura lieu ce jeudi 19 février.

Dans ce dossier, les enquêteurs ont la conviction qu'une fraude colossale a permis, grâce à des fausses factures, d'imputer 18,5 millions d'euros de dépenses de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy à l'UMP, pour que le budget de campagne déclaré reste sous le maximum autorisé de 22,5 millions d'euros.

Dans le cadre de l'affaire Bygmalion, Fabienne Liadzé a été mise en examen pour faux et usage de faux et abus de confiance. Fin décembre, sur  sur la foi d'extraits de procès-verbaux, le magazine « Marianne » affirmait qu'elle avait, lors de ses auditions, « chargé le clan Sarkozy », en mettant notamment en cause Eric Cesari, ex-directeur général de l'UMP, également mis en examen mais aussi Jérôme Lavrilleux, l'ex-directeur adjoint de la campagne. 

Selon elle, Jérôme Lavrilleux était « le seul salarié de l'UMP à avoir des fonctions » au sein de l'équipe de campagne, précise Fabienne Liadzé. La signature du directeur-adjoint de la campagne est politique. Celle d'Eric Cesari, alors directeur général de l'UMP, est administrative. Le pouvoir de décision d'Eric Cesari est étendu, mais celui de Jérôme Lavrilleux l'est encore plus. « Dans le domaine financier, toutes les dépenses supérieures à 3 000 ¤ étaient validées par Lavrilleux », explique-t-elle. 

Début mars 2012 , lors d'une réunion, les experts-comptables du parti avaient alerté sur les dérapages des prix des meetings. Selon elle, « Lavrilleux répondit fermement qu'il était hors de question de changer de prestataire », se souvient-elle. 

Fabienne Liadze "n'a rien ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant