Bygmalion : une affaire qui avait d'abord miné Jean-François Copé

le
0

Bien avant de devenir l'affaire qui pourrait entraver la reconquête présidentielle de Nicolas Sarkozy, le dossier Bygmalion a d'abord visé Jean-François Copé. Le 27 février 2014, l'hebdomadaire « le Point » accuse le patron de l'UMP d'avoir favorisé la société de communication fondée par deux de ses proches. Celle-ci aurait empoché au moins 8 M€ en organisant, et en surfacturant, via sa filiale Event & Cie, les meetings de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Le parquet de Paris ouvre une enquête.

 

Trois mois plus tard, Bygmalion contre-attaque et révèle l'existence d'un système de fausses factures pour camoufler le coût véritable de la campagne : le montant des meetings aurait ainsi été minoré sur le papier, le reste de la note étant réglé par l'UMP au motif de diverses prestations — en réalité fictives. Un tour de passe-passe visant à respecter le plafond de 22,5 M€ fixé par la loi pour tous les candidats, et dont le dépassement entraîne le non-remboursement des dépenses de campagne. Quant aux soupçons de surfacturation, Bygmalion justifiera les coûts exorbitants des meetings — 44 au total — par les délais et les exigences de l'équipe entourant le candidat. Poussé vers la sortie, Jean-François Copé quitte la direction de l'UMP.

 

Son ex-directeur de campagne assure l'avoir informé

 

En avril 2015, l'affaire Bygmalion devient l'affaire Sarkozy : en garde à vue, son ex-directeur de campagne, Guillaume Lambert, le met directement en cause, en assurant l'avoir informé du dérapage financier des meetings. Des accusations réfutées par l'intéressé, qui charge Jean-François Copé. En février 2016, les juges mettent en examen Nicolas Sarkozy pour financement illégal de campagne électorale, ainsi qu'une dizaine d'autres protagonistes pour divers délits : responsables de Bygmalion, cadres de l'UMP, membres de l'équipe de campagne. Jean-François Copé, lui, bénéficie du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant