Bygmalion : «Tout le monde connaissait son existence» à l'UMP, selon Fillon

le
1
Bygmalion : «Tout le monde connaissait son existence» à l'UMP, selon Fillon
Bygmalion : «Tout le monde connaissait son existence» à l'UMP, selon Fillon

François Fillon persiste et signe. Contrairement à Nicolas Sarkozy, l'ancien Premier ministre assure avoir entendu parler de la société Bygmalion avant la campagne présidentielle de 2012. Cette entreprise est au c½ur d'une affaire de fausses factures qui auraient servies à financer la campagne présidentielle de 2012. Sur le plan judiciaire, l'affaire vient de rebondir : trois ex-cadres de l'UMP ont été mis en examen ce jeudi.

Sur les ondes de France Inter ce jeudi matin, le député UMP de Paris, candidat à la primaire de l'UMP, assure qu'il savait, avant la campagne de 2012, que «Bygmalion travaillait souvent pour l'UMP». «Ce n'était pas un secret. C'était même visible car à peu près toutes les campagnes de communication, l'ensemble des activités de l'UMP et du groupe à l'Assemblée nationale, étaient accompagnées par Bygmalion. Donc je pense que tout le monde connaissait l'existence de cette entreprise.» La veille déjà, sur le plateau de BFMTV, François Fillon déclarait avoir «souvent entendu parler de Bygmalion».

Sarkozy et Fillon doivent se voir

Une pierre dans le jardin de son rival, Nicolas Sarkozy, qui a certifié le 21 septembre sur France 2, avoir «appris le nom de Bygmalion longtemps après la campagne présidentielle» de 2012. Problème pour l'ancien chef de l'Etat, même son alliée Rachida Dati a estimé ce jeudi, sur Europe 1, que Nicolas Sarkozy «connaissait forcément les protagonistes». «C'était connu de tous !» insiste l'eurodéputée.

Nicoas Sarkozy et François Fillon doivent se voir ce jeudi ou vendredi. La rencontre risque d'être quelque peu tendue. L'ex-couple exécutif ne s'est pas vu depuis plus d'un an. «C'est normal que des responsables se parlent, surtout quand ils sont dans la même famille politique. Nicolas Sarkozy souhaite me voir. Nous allons nous voir, voilà» commente François Fillon. «Pour faire la paix ? » lui demande-t-on. «Je ne sais pas, on va parler» ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • newwin le jeudi 2 oct 2014 à 16:34

    vas y fillon claques lui le caquet