Bygmalion : perquisition chez Franck Louvrier, ancien conseiller de Sarkozy

le
0
Bygmalion : perquisition chez Franck Louvrier, ancien conseiller de Sarkozy
Bygmalion : perquisition chez Franck Louvrier, ancien conseiller de Sarkozy

Les investigations des enquêteurs dans l'affaire Bygmalion se poursuivent. Ce jeudi, comme l'a révélé le JDD.fr, ils ont perquisitionné le domicile de Franck Louvrier, ancien conseiller en communication de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. Désormais conseiller régional des Pays de la Loire, Franck Louvrier a longtemps été un personnage clé dans l'entourage de l'ancien président de la République, dont il a été notamment conseiller à l'Elysée et durant la campagne de 2012. «Aucun élément susceptible d'intéresser l'enquête n'a été saisi, selon le procès-verbal de la perquisition», a-t-on indiqué dans l'entourage de Franck Louvrier.

Ils ont également mené des perquisitions hier chez l'ancien directeur de campagne en 2012 de Nicolas Sarkozy, aujourd'hui préfet de Lozère, Guillaume Lambert, et l'ancien trésorier de cette campagne, le député UMP Philippe Briand. 

Avant eux, Copé

La police cherche à savoir si ces trois personnages clés de l'entourage de l'ancien président de la République pendant sa dernière campagne, ont joué un rôle dans le système de fausses factures mis en place à l'époque, et dont Jérôme Lavrilleux, ancien directeur adjoint de cette fameuse campagne, a confirmé l'existence.

La semaine dernière, les bureaux de Jean-François Copé à l'Assemblée nationale et à la mairie de Meaux (Seine-et-Marne), ainsi que son domicile du XVIe arrondissement de Paris, avaient été perquisitionnés par la police judiciaire. Ces investigations intervenaient au lendemain de la levée de l'immunité parlementaire du député UMP Philippe Briand, l'ancien trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy, par le bureau de l'Assemblée.

Sept personnes déjà mises en examen

Les enquêteurs de l'office anticorruption de la PJ (Oclciff), qui disposent de nombreux éléments comptables et de témoignages, ont la conviction qu'Event et Cie, filiale de Bygmalion, a adressé à l'UMP et «à sa demande» pour 18,5 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant