Bygmalion : les bureaux et le domicile de Jean-François Copé perquisitionnés

le
0
Bygmalion : les bureaux et le domicile de Jean-François Copé perquisitionnés
Bygmalion : les bureaux et le domicile de Jean-François Copé perquisitionnés

Les bureaux de Jean-François Copé à l'Assemblée nationale et à la mairie de Meaux (Seine-et-Marne), ainsi que son domicile du XVIe arrondissement de Paris, ont été perquisitionnés ce jeudi matin et jusqu'à la mi-journée, par la police judiciaire dans le cadre de l'affaire Bygmalion, comme l'a révélé RTL. L'ancien président de l'UMP, qui était dans le train pour cause de déplacement dans la Marne, est rentré spécialement pour pouvoir être présent aux côtés des policiers. 

Ces perquisitions, auxquelles s'attendaient le député-maire de Meaux (Seine-et-Marne), se sont déroulés dans un «climat très correct», selon son entourage, qui décrit un Copé «serein» et pas mécontent que ça aille vite.  

Les juges enquêtent sur un système de fausses factures mis en place pour permettre au budget de la campagne de Nicolas Sarkozy de ne pas dépasser le plafond autorisé, fixé à 22,5 millions d'euros. Ces factures pour des conventions de l'UMP, dont certaines étaient fictives, étaient émises par Event and Cie, filiale de Bygmalion chargée des meetings de Nicolas Sarkozy, et fondée par Bastien Millot et Guy Alvès, deux proches de Jean-François Copé. 

Une affaire qui embarrasse Sarkozy

Des perquisitions avaient déjà eu lieu en mai et en octobre au siège de l'UMP, mais aussi à Génération France, le club de Copé. Celles de ce jeudi interviennent au lendemain de la levée de l'immunité parlementaire du député UMP Philippe Briand, l'ancien trésorier de la campagne de Nicolas Sarkozy, par le bureau de l'Assemblée nationale.

Sept personnes ont déjà été mises en examen dans ce dossier, quatre anciens dirigeants de Bygmalion ou d'Event and Cie et trois anciens cadres de l'UMP dont Jérome Lavrilleux, le seul a avoir reconnu la fraude.

En garde à vue, le 18 décembre dernier, Fabienne Liadzé, l'ancienne directrice administrative et financière de l'UMP, avait expliqué dans le détail aux policiers de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant