Bygmalion : «J'en ai vu d'autres...» confie Sarkozy

le , mis à jour à 07:48
4
Bygmalion : «J'en ai vu d'autres...» confie Sarkozy
Bygmalion : «J'en ai vu d'autres...» confie Sarkozy

Im-per-tur-bable. Comme si de rien n'était, Nicolas Sarkozy a appris la nouvelle de son possible renvoi en correctionnelle alors qu'il se trouvait à son QG, en pleine réunion hebdomadaire de campagne. « Ça lui en a touché une, sans faire bouger l'autre », raconte un participant. Autour de la table, Gérald Darmanin, coordinateur de sa campagne, et une kyrielle de porte-parole et de membres de son comité de soutien, comme Eric Ciotti, Edouard Courtial, Luc Chatel, Christian Estrosi, Rachida Dati et bien sûr Brice Hortefeux, l'ami de toujours. Bref, le ban et l'arrière-ban de la sarkozie.

 

Son camp, impassible : « A chaque fois cela s'est terminé par des non-lieux »

 

L'annonce a été glissée à l'oreille de l'ancien chef de l'Etat en toute fin de réunion, quand la dépêche est tombée. « Il a continué son propos, en parlant de ses thématiques habituelles : immigration, baisses d'impôts et valeurs de la République. Puis on a évoqué son agenda des jours à venir », témoigne l'un des présents. Aucune allusion en sortant, ou presque. « J'en ai vu d'autres », marmonne tout de même Sarkozy en retournant dans son bureau. « La journée va être longue », soupire une petite main, pendant que le patron enchaîne ses rendez-vous : un point avec son éditrice sur les ventes et la promotion de « Tout pour la France », puis une rencontre avec l'ex-otage Ingrid Betancourt qui a annoncé qu'elle soutenait sa candidature.

 

Seul changement notable, la venue de son avocat Thierry Herzog pour faire le point sur le dossier judiciaire. Et surtout préparer la riposte, avant de diffuser les fameux éléments de langage. « Manoeuvre politicienne », lance Herzog en sortant. « Tout cela tombe comme par hasard au moment où s'ouvre le procès Cahuzac. Cette étonnante concordance des temps n'est pas le fruit du hasard », reprend Ciotti. « Franchement, la ficelle est un peu grosse. A chaque fois cela s'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1461628 il y a 3 mois

    AJ pour 2017 un mandat clair assurant la cohésion de la nation, le seul candidat garantissant une première place au 1er tour de la présidentielle devant Marine et une victoire très large au second........Avec Sarkosy le risque devient plus grand d'une victoire étriquée et d'une possible paralysie du pays après les législatives sans parler de l'hystérie et de la confusion des affaires pendant 5 ans ....Pour moi c'est tout vu

  • M4958114 il y a 3 mois

    oh que j'aimerais qu'il plonge il mérite que ça !

  • M1461628 il y a 3 mois

    Bygmalion : «J'en ai vu d'autres...» confie Sarkozy..........ça on s'en doute vu le nombre d'affaires qui gravitent autour de lui ....on sent presque qu'il est dans son élément.....un peu comme Silvio Berlusconi il y a quelques années ...pas rassurant du t

  • M3121282 il y a 3 mois

    «J'en ai vu d'autres...» sans doute... mais pour notre part, jamais vu un tel charlot à un tel poste !